/entertainment/movies
Navigation

Festival Fantasia: Daniel Roby présente «son» Dans la brume

Le cinéaste a retravaillé le montage pour le marché canadien

Le réalisateur Daniel Roby
Photo d'archives, Agence QMI Le réalisateur Daniel Roby

Coup d'oeil sur cet article

Trois mois après avoir pris l’affiche en France, Dans la brume débarque à Montréal jeudi soir. Le réalisateur québécois Daniel Roby présentera au festival Fantasia son dernier film dans une version remaniée pour l’occasion, destinée exclusivement au public canadien.

« C’est ma version, celle qui se rapproche le plus de ma vision. C’est celle que je voulais présenter ici, chez moi, devant tous ceux que je connais », explique-t-il au Journal.

Une divergence d’opinions avec les producteurs français de Dans la brume a mené à ce compromis ; l’Hexagone aurait droit à la version qu’ils jugeaient « plus adéquate pour leur marché », tandis que Daniel Roby pourrait refaire le montage pour la sortie du film de ce côté-ci de l’Atlantique.

Changements

Romain Duris et Olga Kurylenko tiennent la vedette du film Dans la brume signé Daniel Roby.
Photo courtoisie 
Romain Duris et Olga Kurylenko tiennent la vedette du film Dans la brume signé Daniel Roby.

« Les changements ne sont pas majeurs ; cette version est une ou deux minutes plus longues. Mais la fin n’est pas exactement la même, et les prises différentes que j’ai préférées changent le ton de certaines scènes », avance-t-il.

Mettant en vedette Romain Duris et Olga Kurylenko, Dans la brume suit un couple qui doit affronter une mystérieuse brume submergeant la ville de Paris en compagnie de leur fille aux prises avec une grave maladie génétique.

Le film marque d’ailleurs le retour de Daniel Roby au cinéma de genre, 14 années après avoir lancé son premier long métrage, La peau blanche, où il mettait en scène des vampires.

« Quand on a pensé à moi pour Dans la brume, j’étais vraiment content de recevoir un projet de science-fiction. En lisant le scénario, j’ai vu que c’était un film-catastrophe original, avec des éléments que je n’avais jamais vus auparavant. Et je me suis surpris à ne pas savoir où l’histoire allait me mener. C’est pourtant très difficile de me surprendre », souligne-t-il.

Terminer Gut Instinct

Maintenant que Dans la brume est fin prêt pour le marché canadien, Daniel Roby pourra bientôt plancher sur la postproduction de Gut Instinct, son plus récent projet tourné dernièrement en Thaïlande, à Vancouver, puis à Montréal. Le film met en vedette Josh Hartnett et Antoine Olivier Pilon.

« On entre bientôt en montage. Je dois livrer le film pour février prochain, donc il devrait sortir au courant de l’année 2019. C’est un projet extrêmement spécial pour moi, alors je veux pouvoir prendre mon temps pour bien le terminer, tranquillement », explique le cinéaste.

Autre projet

Puis, Daniel Roby devrait rencontrer à nouveau la productrice Nicole Robert pour Welcome to H., l’adaptation cinématographique du roman Hell.com de Patrick Senécal. Le projet, annoncé en 2011, a dû être mis de côté en raison de l’horaire chargé du réalisateur qui a depuis offert Louis Cyr et une poignée d’épisodes de la série Versailles.

« C’est un beau problème ; j’avais des tournages back to back jusqu’à il y a deux semaines, alors j’étais trop occupé. Tout a été mis sur la glace. On va réévaluer ce qu’on peut faire avec tout ça. Mais même si tout déboule rapidement, je serais pas disponible avant l’automne 2019. Alors, on verra », avance-t-il.


♦ Dans la brume sera présenté au Théâtre Hall de l’Université Concordia jeudi soir. Le film prendra l’affiche au Québec le 10 août.