/sports/racing
Navigation

Simon DuBois et le «Visit Seattle» en bonne position

L’équipe du «Visit Seattle» Simon Dubois
Photo Courtoisie, Martin McKeown / Clipper Round the World Yacht Race

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Après avoir engrangé un troisième gain lors de la «Clipper Round the World Yacht Race», Simon DuBois et l’équipage du «Visit Seattle» visent la victoire au classement général. Avec une étape à compléter, l’équipage est en bonne position pour y arriver.

Entamant l’avant-dernière épreuve qui reliait New York à Derry-Londonderry, en Irlande du Nord, avec un retard de 23 points, la victoire a réduit l’écart à 14 points, selon les calculs de l’équipe.

«La traversée a été très intense en termes de compétition, a indiqué DuBois. La flotte est restée très regroupée. Les conditions étaient super belles. C’est une performance pratiquement sans faute pour nous. C’est l’une des courses au cours de laquelle on a fait le moins d’erreurs.»

L’équipe du «Visit Seattle»
Photo Courtoisie, Martin McKeown / Clipper Round the World Yacht Race
L’équipe du «Visit Seattle»

Un joker qui brouille les cartes

Ayant encore en poche son joker, qui double les points d’une course, «Visit Seattle» montrera les dents lorsqu’il prendra le large une dernière fois le 22 juillet, en route vers Liverpool.

«On a une possibilité d’atteindre 33 points dans la dernière course alors que les autres ont seulement 21 points disponibles. Tout est possible. Il suffit de bien performer. Ça augure bien!»

Préférant voir comment ils allaient évoluer comme équipe, les marins ont repoussé l’usage de leur joker. Maintenant, ils pourront profiter d’un avantage important: dans la mer d’Irlande, la skipper Nikki Henderson naviguera en territoire connu.

«Elle a développé son expertise dans les eaux britanniques. C’est une mer qu’elle connaît très bien», a précisé DuBois.

Une stratégie gagnante

Tout au long de ce voyage, l’équipage a permis à tous les membres de l’équipe de jouer un rôle. Maintenant, malgré qu’il soit près du but, elle ne compte pas laisser tomber son approche inclusive.

«Nous avons une philosophie d’équipe qui intègre très bien tout le monde, contrairement à d’autres embarcations. Tout le monde à sa chance de se faire valoir. J’espère qu’on va prouver qu’il est possible de gagner avec cette philosophie.»

Un départ magique

Malgré l’enjeu, DuBois apprécie chaque moment de l’aventure. Il a d’ailleurs raconté avec beaucoup d’enthousiasme le départ de la dernière étape, qui l’a visiblement marqué.

«Le départ a été assez impressionnant avec la vue sur Manhattan et la Statue de la Liberté, a lancé DuBois. J’ai également eu une bonne dose d’énergie avec ma famille qui est venue me voir puisque c’était l’étape la plus près du Québec.»

«Dès le départ, on a aussi été escortés par une vingtaine de baleines. On a dû en éviter quelques-unes. Un spectacle vraiment impressionnant!» a conclu le Québécois, qui profite de chaque moment de son épopée.