/news/currentevents
Navigation

La plus grosse saisie d’héroïne depuis 2014

Coup d'oeil sur cet article

Le Service de police de la Ville de Québec a procédé à l’arrestation de trois suspects relativement à des dossiers de trafic de stupéfiants, ce qui a permis la saisie de 52 grammes d’héroïne, représentant une valeur de 20 800 $ sur le marché noir. Il s’agit de la plus grosse saisie d'héroïne à Québec depuis 2014.

L’arrestation a été effectuée lors d’une interception en voiture, par le groupe tactique d’intervention (GTI), dans le secteur de l’autoroute Henri-IV et la rue de Montolieu à Val-Bélair, mercredi en soirée.

Josée Lapointe, 38 ans, ainsi que Ghislain Daigle et Steve Fournier, 36 ans, ont été arrêtés et ils ont comparu au palais de justice de Québec jeudi après-midi.

Du trio, Daigle est le seul à avoir été accusé de trafic et de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic. Les deux autres ont vu des charges de possession simple être portées contre eux.

Incarcérés

Pour l’instant, ils demeurent détenus puisque le poursuivant, Me Daniel Bélanger, s’est opposé à leur remise en liberté.

Mentionnons que l’intervention est survenue à la suite d’une enquête menée en collaboration avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

« Cette enquête était en cours depuis le printemps dernier », indique David Poitras, porte-parole au SPVQ.

Les faits recueillis ont révélé que les suspects s’approvisionnaient en héroïne à l’extérieur de la région, mais avec l’objectif d’écouler la drogue sur le territoire de la ville de Québec.

Surdoses et décès évités

Pour le SPVQ, cette saisie vient de freiner un réel danger lié à la circulation de ce type de stupéfiant sur le territoire.

« C’est assez rare, la présence d’héroïne, mais cette saisie démontre qu’il y en avait en circulation. On pense que les arrestations et le retrait de nos rues de cette héroïne saisie vont enrayer plusieurs problèmes. Ce sont des surdoses, peut-être même des décès, qui seront évités », indique M. Poitras.

Les 52 grammes saisis représentent environ 1000 doses. « Une injection, c’est environ 0,05 gramme, c’est donc un peu plus de 1000 doses d’injection (qui ont été saisies) », précise-t-il.

L’enquête se poursuit et la drogue saisie sera envoyée aux bureaux de Santé Canada pour analyse.

—Avec la collaboration de Kathleen Frenette