/misc
Navigation

Si la radio programmait le FEQ?

Coup d'oeil sur cet article

Un ami me faisait remarquer que c’est avec des événements comme le Festival d'été de Québec (FEQ) que la radio musicale prend tout son sens.

Oui et non.

Oui dans le sens où cela confirme que le public est prêt à se déplacer massivement pour aller voir les têtes d’affiches dont les chansons tournent à la radio.

Non dans le sens où les radios commerciales ne tournent pas une grande partie des artistes qui se présentent sur les scènes secondaires du FEQ.

Il faut comprendre, pour faire l’image, que la radio musicale commerciale a pour mission, dans sa programmation, de remplir les Plaines et / ou la scène du parc de la Francophonie à chaque heure entre 5h30 et 19h.

Et ce sont les gros noms qui attirent du monde.

Inversement, si le FEQ était programmé comme une radio, la programmation serait pas mal plus conservatrice. Éric Lapointe aurait fait les Plaines chaque année depuis 20 ans.

Photo d'archives Stevens LeBlanc

Et il n’y aurait probablement que 2 scènes.

Le succès du FEQ repose indiscutablement sur l’envergure des artistes en spectacle sur la scène Bell. Mais il démontre aussi que le public a une grande ouverture d’esprit et aime découvrir, être surpris par ce qu’il entend.

C’est une vérité hurlante chez le plus jeune public.

Une radio qui voudrait rejoindre un auditoire de jeunes familles de 30 ans et moins, un créneau vacant à Québec, a actuellement la recette sous les yeux.

Cette semaine est aussi un moment privilégié pour que les animateurs / trices des radios musicales sortent eux aussi de leurs studios, comme le font ceux de la radio parlée dont j’évoquais le travail dans mon plus récent blogue.

Pour animer à la radio musicale, on dit que l’on devrait avoir l’impression que des ballounes et des confettis te tombent sur la tête à chaque fois que tu ouvres le micro.

On comprend que créer cet état d’esprit et cette ambiance est pas mal plus facile quand on diffuse en direct de la Grande Allée par une belle journée de juillet, une couple d’heures avant le spectacle des Foo Fighters, que par un dimanche après-midi pluvieux de la fin novembre.

Alors on comprend bien l’enthousiasme de ceux qui font leurs émissions en plein air parce que cela conjugue le plaisir d’être en ondes dans un environnement festif et un contexte de vacances, avec le sentiment de collaborer à la présentation d’un événement important.

De plus, les passants qui arrêtent pour parler aux animateurs / trices sont déjà assez passionnés de musique pour aller voir les spectacles. Ils sont généralement heureux de dire qu’ils adorent la musique de leur radio.

L’animateur / trice reçoit le compliment avec le sourire et dit « Merci! » en se disant qu’à la radio musicale, la musique passe bien avant l’animateur.

On soignera l’égo une autre fois.

Enfin, la radio musicale explose l’été.

C’est un des rares métiers où, par un beau samedi après-midi, tu as autant de plaisir à être en ondes que si tu étais sur le bord de ta piscine.

Mais on ne le dit pas à notre conjointe ou nos amis.

Ils ont tendance à trouver ça bizarre.