Sports | Autres sports

Basketball | Kebs

Rentrée gâchée!

Stéphane Cadorette

Publié le:

Louie McCroskey est l'un des joueurs des Kebs qui se sont imposés, comme sur cette séquence, où son rival des Rainmen Desmond Ferguson en a pris pour son rhume sous le panier.

© Daniel Mallard

Louie McCroskey est l'un des joueurs des Kebs qui se sont imposés, comme sur cette séquence, où son rival des Rainmen Desmond Ferguson en a pris pour son rhume sous le panier.

Les Kebs avaient pourtant fait leurs devoirs et leurs leçons depuis des semaines, mais, au moment de se présenter pour la rentrée des classes au PEPS, hier soir, trop peu parmi eux ont déclaré présents.

Devant une foule d'un peu plus de 1 000 personnes gonflées à bloc pour le match d'ouverture locale, le club de basketball de Québec a fait patate par la marque de 106-98 face aux Rainmen de Halifax.

Après la rencontre, dominée par les visiteurs à compter du deuxième quart, l'entraîneur-chef Robert Spon a sorti la règle. Non pas pour taper sur les doigts de ses hommes pourtant étrangement amorphes pour un match inaugural, mais bien pour une séance en règle d'autoflagellation qui aurait allumé tout bon sadomasochiste!

« C'est embarrassant. Je tiens à présenter mes excuses aux amateurs et à la ville de Québec. Ils sont venus appuyer leur équipe. Je vais prendre tout le blâme. Normalement, mes équipes jouent mieux à la maison. Je vais regarder ce qui s'est passé et je promets que ça n'arrivera plus », a monologué Spon.

Bon départ

Pourtant, les Kebs ne semblaient pas dans de tels draps au début de la soirée. À la fin du premier quart, la troupe de Spon s'était forgée une mince avance de 26-23, mais les réjouissances étaient de bien courte durée.

S'ils ont tenu leur bout une partie du quart suivant, ils ont ensuite été dominés autant physiquement que techniquement. Le troisième quart fut particulièrement atroce pour les Kebs, qui ont cédé 34 points aux Rainmen contre seulement 22, cédant revirement par-dessus revirement.

« À partir des dernières minutes de la fin de la première demie, tout s'est écroulé », a résumé le patron, de mauvaise humeur. Nous avons pourtant bien pratiqué cette semaine et les bons systèmes de jeu sont en place. Il faudra juste que je trouve les gars pour les exécuter comme il le faut.

« Il y avait des problèmes de chimie ce soir (hier). Nous n'avons pas joué du tout en équipe. »

Pierre, déçu

Il faut dire que les Kebs renouaient avec Jonas Pierre (six points et sept rebonds). Aaron Spears (12 points et six rebonds) a aussi raté des entraînements.

« Halifax sera probablement l'équipe à battre dans notre Conférence. Ils forment une équipe très physique, mais il n'y a pas d'excuse. Nous aurions dû battre cette équipe devant nos partisans », a insisté Spon.

De son côté, le vétéran Jonas Pierre, qui a vécu les hauts et les bas de l'équipe depuis ses débuts, il y a cinq ans, s'expliquait mal cette déconfiture.

« C'est un manque d'énergie et d'intensité. Je pense que c'est la première fois qu'on perd notre match à la maison et je n'y comprends rien moi non plus. On s'est laissés aller au troisième quart et on va en reparler demain. »

Les Kebs devront maintenant resserrer leur défensive puisque les Bluegrass Stallions du Kentucky les attendent dans le Kentucky, dimanche.