Sports | Autres sports

Curling

La patience de Serge Reid récompensée

Yves Leclerc

Publié le:

Serge Reid

Collaboration spéciale

Serge Reid

Cette fois, c'est la bonne. Serge Reid participera au cours des huit prochains jours au championnat canadien de curling masculin, à Halifax.

Tout le monde attendait Jean-Michel Ménard ou Martin Ferland, mais c'est le skip du club de curling de Kénogami qui représentera le Québec dans les Maritimes.

Serge Reid, Steeve Villeneuve, Simon Collin et François Gionest ont remporté il y a deux semaines, à Shawinigan, leur premier titre provincial en 13 tentatives.

Reid a obtenu son billet avec une victoire surprise et totalement inattenduesur le quatuor de Martin Ferland.

« Nous étions toujours pas loin de réussir. On finissait toujours troisièmes ou quatrièmes. On n'était jamais capables de sortir le gros tournoi au bon moment. C'est un rêve qui se réalise », a laissé tomber Reid.

Reid, 46 ans, joue au curling depuis une trentaine d'années. Il s'attend à vivre une expérience unique et incroyable.

« Ce sera le fun. C'est quelque chose qu'on n'a jamais vécu. Il y aura de grosses foules. Nous sommes fébriles et on essaiera d'en profiter », a dit le skip.

Le curleur n'a pas d'objectif particulier en prévision du Championnat canadien. Il n'a pas la prétention, a-t-il dit, de viser la victoire. Il n'a pas l'intention non plus d'aller faire de la figuration en Nouvelle-Écosse.

« On ne va pas là en touristes. Je suis un gagnant et je sais qu'on a le talent et l'expérience pour rivaliser avec toutes les équipes. Il faudra, si on désire se qualifier pour la ronde éliminatoire, causer des surprises et profiter d'un peu de chance », a-t-il fait savoir.

L'équipe a retenu les services de Pierre Charette pour le rôle de substitut.

« Pierre a participé à sept championnats canadiens. Il connaît les bonnes stratégies et il essaiera de nous orienter », a dit le skip.

Le quatuor saguenéen amorcera son tournoi demain, à 18 h 30, contre l'Ontarien Glenn Howard, une des puissances du curling canadien. « Je sais qui il est, mais lui, il ne nous connaît pas », a-t-il lancé, éclatant de rire.