/misc
Navigation

Yoan Garneau

Le 13 avril 2014, Yoan Garneau était couronné grand gagnant de la deuxième saison de La Voix. Après s’être volontairement retiré des projecteurs durant les mois suivants, le jeune auteur-compositeur de 19 ans nous arrive avec un tout premier album aux accents visiblement country.

La victoire de Yoan Garneau à La Voix n’est pas passée inaperçue, l’an dernier. Le protégé d’Isabelle Boulay avait coiffé au fil d’arrivée Rémi Chassé, Valérie Lahaie et Renee Wilkin. Sur les réseaux sociaux, plusieurs avaient remis en question le choix du gagnant.

Face à cette tourmente, et parce qu’il avait besoin de faire le recul à la suite de cette aventure étourdissante, Yoan a pris la décision de retourner dans sa famille à Ferme-Neuve, une municipalité à une heure au nord de Mont-Laurier, à environ quatre heures de Montréal.

Photo d'archives
Isabelle Boulay

«J’avais besoin de me faire oublier, dit-il. C’était la meilleure chose que je pouvais faire. J’avais besoin de me retrouver avec moi-même. Ça m’a fait composer des chansons et penser à mon chant et ma façon de faire. J’aurais pu rester à Montréal après La Voix, mais je trouve que c’était la meilleure chose à faire.»

Son premier album, simplement intitulé Yoan, le jeune homme l’a conçu de pair avec Anne Vivien et Rick Haworth, qui ont respectivement travaillé à la direction artistique et à la réalisation.

«L’équipe de Productions J m’a demandé si je me voyais travailler avec Anne, dit Yoan. Elle a appris à me connaître un peu plus, elle a vu mon style musical et où je voulais aller. C’est ensuite elle qui a proposé d’aller chercher Rick pour la réalisation. Avec Rick, ç’a été très facile de travailler ensemble parce que nos idées étaient très similaires. Il a compris tout de suite ce que je voulais livrer.»

« Le country traditionnel ne fait pas vraiment partie de mes influences »
Photo Courtoisie Productions J

 

Ne pas exclure le français

Passionné de musique country, Yoan ne voulait pas aller dans le style trop traditionnel, mentionnant avoir été influencé par le blues de Muddy Waters et le nouveau country de Lady Antebellum. «Le country traditionnel ne fait pas vraiment partie de mes influences, dit-il. Je voulais livrer un country qui a de l’attitude, avec un peu de blues et de rock.»

À La Voix, on a d’abord constaté à quel point Yoan avait une aisance avec les chansons anglophones. Sur son premier album, le jeune homme propose les trois quarts des morceaux en anglais, mais il n’était pas question pour lui d’exclure complètement le français.

«À La Voix, j’ai été initié à chanter en français et ç’a été une bonne chose pour moi, car je vise un marché international. Chanter en français n’est pas plus dur, mais c’est différent. Le français est ma langue maternelle, c’est plus lié à mes émotions. Tandis qu’en anglais, on dirait qu’il y a un filtre. Je peux chanter mes émotions sans que ce soit moi qui les vive.»

Bienveillante Isabelle Boulay

Sur l’album, on retrouve un duo avec Isabelle Boulay, pour la pièce J’entends siffler le train. Yoan ne tarit pas d’éloges envers celle qui l’a pris sous son aile durant La Voix.

«Avant de participer à l’émission, je savais déjà que c’était avec elle que je voulais aller, si j’étais choisi. Isabelle m’a aidé énormément tout au long de l’aventure. Je l’ai trouvée très chaleureuse et humaine. Pendant le processus de l’album, elle a été très bienveillante. Je l’ai appelé quelques fois quand j’avais des questions. Pour moi, ce n’est pas juste une bonne chanteuse, c’est une grande personne.»

Quel genre de public Yoan s’attend-il à rejoindre avec son album? «Je n’ai pas de public cible, je chante pour les 0 à 150 ans, répond-il. Je chante parce que j’aime chanter et s’il y en a qui aiment ça, je suis heureux. C’est vrai que le country que l’on a connu au Québec visait peut-être un public un peu plus âgé. Mais avec ce que j’apporte, je crois que ça peut intéresser tous les groupes d’âge.»

L’album homonyme de Yoan sortira le 23 mars.

Le chanteur sera aussi invité à l’émission Accès illimité le dimanche 22 mars, 21h30, à TVA.

« Je rêve d’avoir une carrière internationale »
Photo Courtoisie Productions J

À quoi ressemble la vie de Yoan depuis sa victoire à La Voix, l’an dernier? Le Journal a interrogé le jeune homme de 19 ans sur sa carrière, sa famille, ses rêves et ses amours.

sa nouvelle notoriété

«C’est sûr que c’est très intense de vivre tout ça à un si jeune âge. Quand je faisais La Voix, je ne me suis jamais arrêté jusqu’à ce que ce soit fini pour réaliser tout ça. J’ai toujours été quelqu’un qui a fini ce qu’il a commencé.»

sa victoire à La Voix

«Toute cette aventure a été très bénéfique pour moi. Je n’oublierai jamais ça, car c’était les premiers pas dans ma carrière. Ç’a été une expérience inoubliable. À propos des réactions sur ma victoire, je ne suis vraiment pas beaucoup sur les réseaux sociaux, alors je n’ai pas lu les messages négatifs. Je trouve ça normal qu’il y ait des gens qui ont été déçus que je gagne, car je ne pouvais pas être le favori de tous. Et les gens haineux, ça fait partie du métier. Quand on veut faire ça dans la vie, il ne faut pas que ça nous atteigne.»

Sa Famille

«Je suis vraiment bien choyé dans ma vie. Mes parents sont là pour me soutenir, ils s’oublient pour moi, ils travaillent fort pour moi. Et quand je travaillais sur l’album, ils ne se gênaient pas pour me dire s’ils n’aimaient pas ça. Ils me le disaient tout de suite. J’ai été guidé par eux. C’était important, car ils représentent aussi le public.»

Photo Courtoisie Productions J

Ses Amis

«Je n’ai pas beaucoup d’amis et ceux que j’ai, je ne les ai pas beaucoup vus récemment. Je crois que la dernière fois que j’ai vu mon meilleur chum, c’était il y a six mois. Mais je sais qu’ils sont très fiers et très contents pour moi.»

SA collaboration avec Productions J

«Je leur suis extrêmement reconnaissant pour ce qu’ils font. On me donne la liberté de faire ce que je veux faire. Je sais que ce n’est pas comme ça pour tout le monde. Ce qui me distingue, c’est ma singularité. Il faut que je la sorte. C’est comme ça que je l’exprime en chanson. Chez Productions J, on me donne la possibilité de livrer tout ça.»

SA musique préférée

«J’écoute vraiment de tout. Je vais puiser mon style dans un peu tout ce que j’écoute. Je crois que dans mon iPhone, j’ai plus de rock et de pop que de country. Par exemple, j’aime écouter AC/DC et je suis un grand fan de ZZ Top. Je crois d’ailleurs que ZZ Top pourrait chanter ma chanson Gonna Fall In Love With You. Haha! J’aime aussi beaucoup Lana Del Rey.»

Photo d'archives
ZZ Top

SA vie à Ferme-Neuve

«Après La Voix, je suis retourné à Ferme-Neuve pour laisser la poussière retomber. Je devais déménager à Montréal à la fin 2014, mais j’ai finalement décidé d’attendre que l’album sorte. Parce qu’il y a beaucoup de choses qui se passent en même temps. Je veux être sûr de bien le faire.»

Ses Amours

«C’est quelque chose que je préfère garder pour moi, en ce moment...»

Ses Rêves

«Évidemment, j’aimerais que ma musique se rende à l’international. Je me vois autant aller sur le marché américain qu’en Europe. Bien sûr qu’il y a des gens que j’aimerais rencontrer dans le métier. Mais en ce moment, je suis tellement comblé dans ma vie, je ne pourrais être plus heureux que ça. Isabelle (Boulay), ç’a été pour moi une expérience très spéciale de chanter avec elle et j’ai déjà hâte de le refaire.»

Les 12 pièces
expliquées par Yoan
Photo Courtoisie Productions J

Le Journal a demandé au jeune chanteur de raconter la petite histoire des chansons qui se retrouvent sur son premier album.

Baby What You Want Me to Do

«Quand je l’ai entendue chantée par Elvis, je l’aimais beaucoup, mais je me suis dit que je pouvais la faire à ma façon. C’était important pour moi qu’elle soit sur l’album, car je pouvais démontrer mon vrai style par cette chanson-là. C’est un blues et je pouvais lui donner beaucoup de style. Elle a beaucoup de testostérone.»

That Kinda Guy

«J’ai été inspiré pour cette chanson-là par l’histoire que m’a racontée le cousin de mon père. Il a une épicerie et un itinérant attendait dehors, il avait faim. Il l’a fait entrer pour manger et, quand il est ressorti, il y avait une pluie glaciale. Il a décidé d’aller raccompagner l’homme, qui devait se rendre à une heure de là. Je trouve que c’est bien de tendre la main aux gens dans le besoin.»

J’entends siffler le train

«C’est mon duo avec Isabelle Boulay. Je l’avais croisée à St-Tite et elle m’avait dit que ça lui ferait plaisir de chanter avec moi sur mon album. J’ai choisi cette chanson qui est un peu intemporelle et universelle. Ça peut parler de l’amour pour quelqu’un ou d’un ami. C’est quelqu’un qui part et la personne est triste.»

My Way Home

«C’est une chanson assez spéciale qui me touche beaucoup. Quand j’ai commencé à chanter, j’étais souvent loin de la maison. Je me suis rendu compte que l’on manque beaucoup de choses, que ce soit quelqu’un qui déménage, qui tombe malade, qui décède. Cette chanson dit: ce soir, je m’en retourne chez nous, parce que je ne veux rien manquer.»

Good Hearted Woman

«Je la chante en duo avec Brett Kissel, que j’aime beaucoup. Il est venu à Montréal pour la faire en studio. Il est très sympathique. Ç’a été une belle rencontre. Pour moi, c’était bien de faire une chanson que nous connaissions tous les deux. C’est pourquoi j’ai choisi cette pièce de Waylon Jennings et Willie Nelson. C’est l’histoire d’un gars qui fête beaucoup, pendant que sa femme l’attend à la maison.»

Goodbye Mother

«J’ai écrit cette chanson en pensant à un grand ami qui a dû quitter la maison très jeune. Son père lui avait dit que c’était le temps, alors il est allé faire l’armée. Ç’a été difficile. La chanson raconte un peu son moment là-bas.»

Dis-moi

«C’est la chanson que mon père (Sylvain Garneau) a écrite en 1990. Je suis bien fier de la faire. C’est une chanson d’amour qui dit que dans une vie de couple, ça arrive souvent qu’on ne parle pas beaucoup. Mon père était bien ému quand je lui ai dit que je mettrais sa chanson sur l’album.»

Tu m’as manqué

«C’est la première chanson que j’ai composée en français dans ma vie. Je me suis mis dans la peau d’une personne qui aime quelqu’un, mais cette personne-là ne se rend pas compte à quel point elle est aimée réellement. Elle n’est pas sérieuse, elle vagabonde un peu ailleurs, au lieu d’être avec la personne qu’elle aime.»

T’aimer trop

«On a donné une nouvelle couleur à cette chanson-là, une couleur plus sérieuse que la version que j’avais faite à La Voix. Cette chanson-là parle de quelqu’un qui aime trop et c’est là son problème. Elle est plus intime. Avec mon équipe, on s’est demandé de quelle façon je la ferais si j’étais assis chez moi.»

Gonna Fall in Love With You

«C’est la dernière chanson que j’ai écrite pour l’album. Un soir, Rick Haworth m’a dit: tu retournes à l’hôtel et tu me composes des hits. Le lendemain, j’avais écrit deux chansons: Tu m’as manqué et celle-là. Je l’ai écrite un peu en blague, en exploitant mon côté charmeur. Dans la chanson, je dis à une fille: arrête de me regarder, je vais tomber en amour avec toi.»

Together Soon

«C’est la chanson qui me touche le plus dans l’album. Quand mon grand-père est décédé, il y a environ deux ans, je me suis mis dans la peau de ma grand-mère. Dans la chanson, elle demande presque de mourir pour aller le rejoindre. Je lui ai fait jouer la pièce, dernièrement. Elle l’a entendue, mais elle ne l’a pas écoutée...»

One Day

«C’est une chanson dans laquelle ceux qui ont trouvé leur âme sœur vont se reconnaître. Ça raconte l’histoire de quelqu’un qui comprend une autre personne juste en la voyant. Il sait qu’elle va être sa femme plus tard. C’est un peu autobiographique, car on veut tous vivre ça dans la vie.»