/homepage
Navigation
La LCF à Québec

Bellemare persiste à convaincre L'UL

Le recteur de l'Université Laval, Denis Brière, devant le projet de nouveau stade du Peps que Marc Bellemare aimerait plus imposant.
Les Archives Karl Tremblay Le recteur de l'Université Laval, Denis Brière, devant le projet de nouveau stade du Peps que Marc Bellemare aimerait plus imposant.

Coup d'oeil sur cet article

Seul l'absence d'un stade convenable pour la Ligue canadienne de football semble bloquer le projet de franchise à Québec, mais Marc Bellemare prévoit présenter une nouvelle proposition à la direction de l'Université Laval dès cet automne.

L'ancien ministre libéral ne baisse pas les bras afin que la Vieille Capitale obtienne son équipe, au contraire. Selon lui, le montage financier et l'obtention d'une équipe ne sont plus les obstacles majeurs du dossier. Marc Bellemare espère toujours convaincre le recteur Denis Brière que la présence de la LCF sur les terrains de l'université amènerait des retombées très positives pour l'institution. Pour l'instant, les réticences sont nombreuses.

«Tous leurs arguments sont irrecevables à mon avis. Cet automne, nous allons présenter de nouvelles propositions à l'Université Laval. Quelque chose de plus intéressant avec de nouveaux investisseurs. Le projet de Super Peps manque cruellement de vision. Le stade de football actuel devra bien être agrandi un jour et le futur site de soccer du côté ouest devrait être repoussé un peu pour permettre l'expansion. On veut faire pour Laval ce que les Alouettes ont fait pour McGill. Avec 715 000 personnes dans la grande région de Québec, nous sommes capables de tenir la Coupe Grey ici», estime M. Bellemare, qui travaille sur ce dossier depuis cinq ans.

Autre option

Ce dernier affirme aussi avoir rencontré le maire Marcel Corriveau, à Saint-Augustin, afin d'ouvrir d'autres horizons ailleurs en cas de refus. Me Bellemare précise cependant que son groupe veut avant tout exploiter une franchise, pas promouvoir un projet de stade.

Volonté plus explicite

L'avocat voudrait également que la LCF et le commissaire Mark Cohon s'intéressent un peu plus au marché de Québec. «Ils sont ouverts, courtois et très conscients de notre intérêt. Ils travaillent à ramener Ottawa dans le circuit. Nous aimerions une volonté plus explicite avec un effort de promotion du produit. Ils sont réellement discrets sur le projet d'expansion. Nous l'avons invité à plusieurs reprises.»

Un peu comme pour la LNH, qui voudrait investir dans un stade avant d'obtenir une équipe? Le stade est l'élément important, répète M. Bellemare.

Les investisseurs actuels seraient disposés à fournir environ 30 millions de dollars sur un investissement initial évalué à 40 millions.

Pour la LCF, pas de stade, pas d'équipe. À ce sujet, Moncton se positionne très bien avec un stade de 20 000 places prêt en 2010. Halifax est aussi sur les rangs.

Commentaires