/homepage
Navigation
la génération internet

Le fossé se creuse entre les jeunes et les adultes

Charles-Olivier Magnan, 15 ans, a mis son ordinateur en mode veille pour l'été.
© René Baillargeon Charles-Olivier Magnan, 15 ans, a mis son ordinateur en mode veille pour l'été.

Coup d'oeil sur cet article

« Mes parents ne comprennent rien de ce que je fais sur Internet et voient souvent ça comme si c'était mal. Il leur arrive de me dire " Félix, viens-donc regarder la télé avec nous, lâche ton écran! " Pour eux, la télévision est une activité qui se rapproche plus de la normale. Or, à la limite, l'ordinateur va moins m'abrutir que la télé. »

En décrivant cette scène de la vie quotidienne, Félix Gingras Genest, 15 ans, illustre le fossé qui peut se creuser entre les parents et leurs enfants. « Ils sont fiers de voir que les gens m'invitent à des colloques et qu'on parle de moi dans le Journal, admet-il. Mais au fond, ils ne comprennent pas vraiment ce que je fais. »

Cela dit, le jeune comprend qu'il s'agit là d'une différence naturelle de perceptions entre des générations différentes. « Si ça se trouve, je vais peut-être dire à mon fils de lâcher les. hologrammes et de venir devant l'ordinateur avec toute la famille », ironise-t-il.

Son ami, Charles-Olivier Magnan, 15 ans, vit sensiblement la même situation. « L'opinion des parents est que la télévision est une activité familiale au cours de laquelle nous sommes tous assis sur des fauteuils dans le salon, commente-t-il. Or, ce média là ne m'intéresse pas. » Habitués à l'instantanéité et à l'absence de contraintes, une partie des born digital conçoivent mal l'utilité de rester passivement scotchés devant un appareil qui leur dicte les programmes qu'ils pourront regarder.

La «plogue à off »

Les deux adolescents reconnaissent qu'ils ont un rôle à jouer dans « l'éducation » numérique de leurs parents. « C'est surtout ma mère qui s'inquiète de me voir tout le temps devant l'ordinateur, relate Charles-Olivier Magnan. Une bonne initiative de ma part serait que je lui montre ce que je fais vraiment sur Internet. »

Au cours des dernières semaines, le jeune de quatrième secondaire a d'ailleurs tenté une expérience bien particulière. « Cet été, j'ai essayé de passer le plus de temps possible avec ma famille. J'ai quitté Internet pour décompresser, car j'avais l'impression d'avoir une surcharge d'informations, avoue-t-il. J'ai fait du basket avec un de mes frères et des ateliers de bande dessinée avec l'autre. Mes parents étaient contents, même s'ils n'ont fait aucune pression sur moi pour que je prenne cette décision. »

Crainte du plagiat

Quand on leur demande leur avis sur la place des nouvelles technologies à l'école, Félix et Charles-Olivier se montrent circonspects.

« Sans interdire leur usage, certains professeurs pensent que c'est du gaspillage de temps, déplore Félix. Il y a aussi la crainte du plagiat qui est très présente. Ils ont peur qu'on se serve trop facilement de ce qu'Internet nous offre. C'est pour ça que plusieurs proscrivent l'usage de Wikipédia dans le cadre de travaux scolaires. »

Les deux s'accordent pour dire que la rapidité des échanges de données n'apporte pas que du bon. « Avec la vitesse vient le stress, reconnaît Charles-Olivier. Quand on envoie un courriel à un ami pour échanger sur un travail scolaire, on veut que sa réponse vienne vite et on ne comprend pas que ça puisse prendre du temps. Il nous arrive effectivement de nous servir de ces outils de façon malsaine. »

Des chiffres qui donnent le vertige

Si une photo vaut mille mots, il y a plusieurs statistiques autour de la génération Internet qui sont plus significatives que de longues analyses. Plongée dans des données parfois surprenantes.

- Les 10 emplois qui seront les plus demandés en 2010 n'existaient tout simplement pas en. 2004. Il s'agit surtout de postes liés à Internet, au graphisme et aux jeux vidéo.

- Le Département américain du Travail estime que ces jeunes vont occuper 10 à 14 emplois différents avant d'atteindre leur 38e anniversaire.

- Plus de 70 % des Américains de 4 ans utilisent déjà Internet.

- Aux États-Unis, en 2005, un couple sur huit s'est rencontré en ligne.

- Il y a 200 millions de personnes inscrites au réseau MySpace. Si MySpace était un pays, il se classerait au cinquième rang pour la population (entre l'Indonésie et le Brésil).

- Le nombre de messages textes envoyés et reçus quotidiennement dépasse les 6,8 milliards, soit le nombre d'êtres humains qui vivent actuellement sur la planète.

- Plus de 70 % des Américains de 4 ans utilisent déjà Internet.

- On prévoit que lorsque les enfants nés en 2007 auront 6 ans, les capacités de calcul d'un superordinateur dépasseront celles du cerveau humain.

Source : une populaire vidéo éducative américaine circulant sur YouTube

Commentaires