/homepage
Navigation
La génération internet

Des jeunes obèses?

Coup d'oeil sur cet article

Même s'il est tentant d'établir un lien de cause à effet entre l'usage de l'ordinateur et le surplus de poids chez les jeunes, la science ne dispose pas d'assez de données pour pouvoir en jurer la main sur le cœur.

Natalie Alméras, chercheuse associée à la Chaire de recherche sur l'obésité de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie (ancien hôpital Laval), rappelle qu'en 25 ans les Canadiens ont doublé le temps qu'ils passent hebdomadairement devant un écran (de 10 à 20 heures). « Il n'y a pas spécifiquement d'études qui démontrent un lien entre l'ordinateur et l'obésité, précise-t-elle. Par contre, on sait que l'accroissement de la sédentarité est une des causes de l'obésité. On peut donc avancer que les plus grands utilisateurs de l'ordinateur sont plus à risque d'avoir un surplus de poids. »

Dans le cadre de son travail au jour le jour, Mme Alméras constate l'apparition de phénomènes quasi inexistants dans le passé. « On voit de plus en plus de diabète chez des jeunes de 10 à 12 ans et des infarctus chez des gens de 35 à 40 ans. C'est en lien direct avec la sédentarité et les mauvaises habitudes de vie », glisse-t-elle.

Ces thèmes commencent même à faire leur entrée dans la culture populaire québécoise. Dans son dernier album, le groupe Mes Aïeux consacre ainsi une chanson (Prière cathodique) à un jeune accro dont le Web a bouleversé l'existence. « Il n'est plus jamais sorti de chez eux. Chaque seconde, il gagnait un kilo ou deux. À déguster, vitesse grand V, son immobilité. Il n'est plus jamais sorti de chez eux. Attardé devant son écran lumineux. À naviguer, à clavarder et à télécharger », peut-on entendre.

Commentaires