/homepage
Navigation
Procès de Cathie Gauthier

Las des échecs, de la vie

Cathie Gauthier, 35 ans, dans une photo prise il y a quelques jours. Elle est accusée du meurtre de ses trois enfants.
Archives Cathie Gauthier, 35 ans, dans une photo prise il y a quelques jours. Elle est accusée du meurtre de ses trois enfants.

Coup d'oeil sur cet article

«Nous avons pris la décision conjointe de quitter la vie et d'apporter nos trois enfants, l'unique richesse de notre vie. Ne nous jugez pas comme des monstres.»

Telle était la volonté de Cathie Gauthier, accusée du meurtre de ses trois enfants, et de son mari, Marc Laliberté, selon des documents mis en preuve par la Couronne, hier, au premier jour du procès de la femme de 35 ans.

Dans son exposé d'ouverture, au palais de justice de Chicoutimi, la procureure de la Couronne, Me Sonia Rouleau, a déclaré aux 12 membres du jury, composé de sept hommes et cinq femmes, qu'elle entend prouver que l'accusée et son mari avaient convenu d'un pacte de suicide et qu'ils avaient décidé d'emporter leurs enfants avec eux, soit Joëlle, 12 ans, Marc-Ange, 7 ans, et Louis-Philippe, 4 ans. Me Rouleau a déposé en preuve des documents signés par Cathie Gauthier et Marc Laliberté, dans lesquels le couple dit vouloir en finir avec la vie à cause de problèmes financiers.

Le drame est survenu le 31 décembre dernier au domicile familial situé dans l'arrondissement Chicoutimi. Le père, âgé de 42 ans, a également été retrouvé sans vie, un poignet tailladé, selon Me Rouleau.

La procureure entend mettre en preuve l'appel logé par Cathie Gauthier à la centrale 9-1-1 dans lequel l'accusée affirme qu'il s'agit d'un pacte (de suicide). Toujours en s'adressant au jury, Me Rouleau a également fait savoir que l'accusée avait elle aussi eu un poignet tailladé ce jour-là.

Premier témoin appelé à la barre par Me Rouleau, l'agent Gaétan Ringuette, technicien en scène de crime à la Sûreté du Québec, a lu des documents qu'il a trouvés au domicile familial à la suite de la tragédie. L'accusée a fondu en larmes lors de la lecture des lettres, qui étaient datées du 31 décembre 2008.

« Notre histoire »

Dans un document intitulé « Notre histoire de vie », le couple écrit qu'il a « vécu beaucoup d'échecs » et raconte les problèmes qu'il a eus avec des membres de la famille de l'accusée. Les deux conjoints font également état de leurs déménagements, de leurs pertes d'emploi, de leurs difficultés financières, de leur faillite et de leur « petit chômage ». « On n'est plus capable d'avancer et de se battre dans un monde si cruel », est-il écrit dans le document.

« Nous sommes fatigués de vivre dans un monde qui n'a plus de valeur morale. Notre famille est au fond du gouffre. Le puits du courage est vide. [...] Nous avons décidé en toute sérénité de quitter ce monde afin de leur permettre (aux enfants) une vie meilleure. Les avoir laissés derrière nous aurait été cruel. Nous sommes partis plein d'amour et unis. [...] Nous sommes sains de corps et d'esprit », relate le couple dans une deuxième lettre.

Commentaires