/homepage
Navigation
cathie gauthier

«Je vous attends en enfer»

Coup d'oeil sur cet article

«Vous souffrirez autant que nous avons souffert. Je veillerai personnellement à ce que vous soyez détruites. Je vous attends en enfer.» L'accusée Cathie Gauthier règle ses comptes avec d'anciennes collègues de travail dans une lettre déposée en preuve par la Couronne, mardi matin.

Dans cette missive datée du 31 décembre 2008 et que les employées concernées ont reçue en début janvier avant de la remettre aux policiers, Cathie Gauthier s'en prend à ses ex-collègues d'une boutique. « Juste pour vous dire quelle a été la conséquence de mon renvoi injustifié. Votre manque de coeur et de compréhension m'a fait beaucoup de peine. Juste avant Noël, faut vraiment être cruel. À cause de vous, nous ne sommes plus », est-il écrit dans le document.

Lettre à sa mère

La Couronne a également déposé une lettre non signée mais qu'elle attribue à la main de Cathie Gauthier, dans laquelle l'accusée fait des remontrances à sa mère biologique. « Bien que je t'aime fort, tu es lourde. Tes comportements enfantins sont épuisants. [...] Je trouve dommage que tu n'aies rien fait pour t'en sortir. C'est une honte quand je pense à ta lâcheté. [...] Même les médecins ne savent plus quoi faire de toi. [...] Regardes-toi, tu es la paresse même et tu te plais dans ton rôle de martyr. Bonne chance pour le futur. »

Lettre à son amie

Dans une troisième lettre déposée par la Couronne, hier, Cathie Gauthier écrit ceci à une amie : « Je ne te demande pas de comprendre, juste de nous pardonner. Notre vie est un enfer. Nous n'avons plus la force de nous battre. Notre geste est planifié depuis des semaines. C'est par amour que nous amenons nos enfants. [...] Hier, tu m'as dit que tu as 40 000 $ de RÉER. Il ne t'est jamais venu à l'idée de nous aider. Avec 10 000 $, notre vie aurait valu la peine d'être sauvée. [...] On se revoit au ciel dans 50 ans. »

Commentaires