/homepage
Navigation
Frères de sang/Les fils de Moïse

Les enfants de Moïse parlent de leur enfer

François et Roch-Sylvain Thériault
© Courtoisie François et Roch-Sylvain Thériault

Coup d'oeil sur cet article

Placé sous les projecteurs, Roch-Sylvain Thériault, 40 ans, avoue que la campagne de promotion qui entoure la sortie du livre Frères de sang/Les fils de Moïse n'est pas sans ressasser de douloureux souvenirs.

Au cours des derniers jours, Roch-Sylvain et son frère, François, ont accordé une dizaine d'entrevues. Victimes de violence et témoins d'atrocités de la part de leur père, leur histoire soulève l'indignation, même trente ans plus tard.

«C'est sûr que ça ravive les blessures. Le contenu est assez lourd», a partagé Roch-Sylvain qui demeure à Saint-Hyacinthe. Résultat de sa condition psychologique, le fils aîné du gourou souffre toujours d'une sévère contrainte à l'emploi.

«J'ai hésité parce que je n'étais pas sans savoir que j'allais revivre le fil de ma vie encore une fois. Je n'ai pas encore réellement tourné la page. J'en veux à mon père», a-t-il confié.

Avant aujourd'hui, M. Thériault n'était pas prêt à révéler toute l'horreur qu'il a vécue avec son frère sur le mont Éternel, en Gaspésie, et plus tard, en Ontario.

«Il y a eu énormément de violence dans ce groupe-là. On y a tous passé, incluant les enfants.»

Chirurgien improvisé

Le livre relate entre autres la mort d'un jeune bambin, Mathieu, âgé de trois ans. «Le jeune enfant avait une infection urinaire et mon père a procédé à la circoncision. C'est suite à l'opération qu'il est décédé», a rapporté l'auteur qui se souvient également des sévices corporels infligés à la jeune victime par un autre membre de la secte sous prétexte que le bambin ronflait.

«Comme châtiment envers ce membre-là, il y a eu un vote pour l'émasculation et mon père avait insisté pour que je l'assiste. C'était épouvantable.» Le but était de «purifier» l'agresseur.

Marqué par la violence

Lui et son frère ont fui la secte en 1988. Les pires atrocités se sont produites l'année suivante. Roch Thériault a été condamné à une peine à perpétuité pour le meurtre d'une disciple, Solange Boilard. Malgré ce jugement, Roch-Sylvain a continué d'aller visiter son père en prison jusqu'en 2001.

«J'étais encore attaché à lui. J'étais dépendant affectif. J'ai décidé de couper les liens quand j'ai eu ras-le-bol de toute sa manipulation.»

Roch Thériault est détenu à la prison de Dorchester, près de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Même en dedans, il a réussi à engrosser «ses épouses» grâce à des visites contacts dont il a pu bénéficier. Le gourou est le père biologique d'au moins une trentaine d'enfants.

Commentaires