/homepage
Navigation
Des criminels profitent de la tragédie

L'UNICEF dénonce le trafic d'enfants

L'UNICEF dénonce le trafic d'enfants
© Les ARCHIVES - AP

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs enfants abandonnés ou devenus orphelins à la suite du séisme, qui a tué des dizaines de milliers d'Haïtiens, auraient été enlevés par des trafiquants d'êtres humains selon l'UNICEF qui met tout en oeuvre pour protéger les plus vulnérables.

La situation a été dénoncée par un représentant de l'UNICEF à Port-au-Prince, jeudi matin, qui voulait attirer l'attention de la communauté internationale. «Nous avons observé le phénomène à l'aéroport, là où il ya environ 150 avions qui transitent tous les jours», s'est insurgé Guido Cornale, lors d'un point de presse à la Direction centrale de la police judiciaire.

«La police nationale (haïtienne) et la MINUSTAH (Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti) n'étaient pas vraiment en mesure de contrôler l'accès à la piste et UNICEF a observé des enfants qui étaient emmenés dans des avions et la personne qui les emmenait redescendait sans enfants. Le premier ministre a été très clair hier (mercredi) qu'il n'est pas question que les gens viennent prendre les enfants haïtiens», a ajouté Cornale. D'autres organismes, comme Vision Mondiale, avaient déjà exprimé leurs craintes concernant le sort des enfants haïtiens qui représentent près de la moitié de la population.

Les criminels, qui vont vendre ces enfants pour en faire des esclaves à l'étranger, les auraient recueillis dans les rues alors qu'ils erraient, seuls, ou même dans les hôpitaux. Des cibles faciles. «On a même dû déplacer des enfants (qui étaient) dans les hôpitaux pour les mettre mieux à l'abri parce qu'on avait remarqué que des gens arrivaient et repartaient avec des enfants malades.»

«C'est un marché. S'il y a de l'offre, c'est qu'il y a une demande...Il y a plein de personnes mal intentionnées», a poursuivi le représentant de l'UNICEF, qui s'est dit toutefois incapable de chiffrer le phénomène ni de préciser dans quels pays les victimes Des centres d'accueil ont été aménagés à Port-au-Prince pour les enfants séparés de leur famille mais les adresses sont confidentielles pour des raisons de protection. L'UNICEF tente de retrouver des membres de leur famille ou de la famille élargie qui pourraient les prendre en charge, avant d'entamer des procédures d'adoption très strictes en Haïti.

Des mesures additionnelles de sécurité ont été mises en place pour éviter que des enfants ne passent au travers des mailles du filet, a assuré un officiel du gouvernement. «On est en train de faire un bilan des orphelinats et de tous les centres qui abritent des enfants. On renforce le contrôle dans l'aéroport et à la frontière», a précisé Guido Cornale.

Commentaires