/homepage
Navigation
ENTENTE DE 1,5 MILLIARD AVEC LE VERMONT

Une porte sur les É.-U.

Jean Charest et le gouverneur du Vermont, Jim Douglas.
© Stevens LeBlanc Jean Charest et le gouverneur du Vermont, Jim Douglas.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Jean Charest a annoncé le renouvellement jusqu'en 2038 du contrat d'approvisionnement en électricité qui lie Hydro-Québec et l'État du Vermont.

Central Vermont Public Service et Green Mountain Power, les deux plus importantes entreprises d'électricité de cet État américain limitrophe au Québec, ont signé hier une entente de principe avec la société d'État québécoise portant sur la ratification d'un contrat d'approvisionnement d'une valeur totale de 1,5 milliard de dollars sur 26 ans.

Le président-directeur général de la société d'État, Thierry Vandal, de même que le gouverneur du Vermont, Jim Douglas, ont tour à tour assuré que l'entente en question sera bénéfique et pour les consommateurs américains et pour Hydro-Québec.

Sans pouvoir dévoiler les modalités de l'accord, le premier ministre a tout de même précisé que « les prix seront déterminés par la valeur médiane du marché, ce qui permettra d'éviter les extrêmes, à la fois pour les consommateurs du Vermont, mais aussi pour le fournisseur d'énergie ».

Ce contrat prévoit également une reconnaissance de l'hydroélectricité comme une source d'énergie propre et renouvelable par le Parlement du Vermont, un précédent puisqu'à l'heure actuelle, les Américains refusent toujours d'y apposer une « étiquette verte ». Cette disposition vaut son pesant d'or, a insisté Jean Charest, qui soutient qu'il s'agit-là « d'une porte ouverte à d'autres ententes avec nos voisins américains ».

Avantageux

Il est très payant de mettre l'accent sur l'exportation d'énergie, a martelé le premier ministre. « L'an dernier, 8 % de la production d'électricité de la société d'État est allée à l'exportation, un 8 % qui a généré pas moins de 32 % des profits d'Hydro-Québec », a-t-il soutenu.

« Nous sommes actuellement en cours d'approbation pour une ligne de connexion de 1 200 mégawatts qui passe par l'État du New Hampshire et va jusqu'au Massachusetts et qui pourrait potentiellement alimenter une partie du marché du Vermont », a affirmé le chef libéral.

Commentaires