/homepage
Navigation
ROUGE ET OR

Un dernier espoir dans la mire

Coup d'oeil sur cet article

On croyait la période de recrutement terminée, mais le Rouge et Or de l'Université Laval reluque son dernier espoir.

Laurent Duvernay-Tardif était de passage hier, au PEPS, pour une visite du proprio. Le joueur de ligne défensive par excellence dans le circuit collégial AA division deux (section Sud-Ouest) était en pays de connaissances, puisque le coordonnateur offensif Marco Iadeluca occupait le même boulot l'an dernier chez les Phénix d'André-Grasset.

« Marco est un bon entraîneur et c'est certain que sa présence peut influencer ma décision, a-t-il dit. Je ne veux toutefois pas me prononcer trop vite sur mes préférences. »

Duvernay-Tardif a aussi visité les Carabins de Montréal, le Vert & Or de Sherbrooke et les Redmen de McGill. « Je suis inscrit en médecine aux quatre endroits et j'évoluerai pour l'équipe où je serai accepté, a-t-il dit. C'est pourquoi je ne veux pas dire quelle université je préfère et me retrouver par la suite dans l'obligation de changer d'idée, parce que je n'aurai pas été accepté sur le plan des études. C'est la médecine qui dictera mon choix et non le football. »

Son dossier scolaire lui a permis de franchir la première étape. Ce matin, le produit du Collège André-Grasset sera convié à une entrevue qui constitue la deuxième et dernière étape dans le processus de sélection. À compter du 15 mai, les meilleurs candidats seront prévenus et le processus s'étirera jusqu'à la fin juin.

Duvernay-Tardif se retrouve dans une position similaire à celle de Samuel Champagne. À son retour de Michigan State en 2004, l'ailier espacé avait fait la même démarche avant d'aboutir à l'Université Laval après avoir été accepté en médecine.

Changement de position

Utilisé comme ailier défensif dans le circuit collégial AA, le gaillard de 6 pi 5 po, pesant 260 lb, changera de position s'il opte pour le Rouge et Or. L'entraîneur en chef Glen Constantin souhaite l'utiliser comme plaqueur, position où Laval est plutôt mince.

« Marco m'en avait déjà parlé à Grasset et je n'ai pas de problèmes avec cela, a-t-il dit. J'ai déjà pris une quinzaine de livres afin de faciliter la transition. » Au terme de la dernière saison, Duvernay-Tardif hésitait entre faire le saut dans les rangs universitaires à l'automne 2010 ou disputer sa troisième campagne à André-Grasset.

« Je ne voulais pas gaspiller mes chances d'être admis en médecine pour une année de plus de football collégial », a-t-il dit. Il est plus compliqué d'être accepté si tu rentres à l'université en janvier. »

Commentaires