/homepage
Navigation
Inceste et entrave à la justice

Un Yéménite plaide coupable

Coup d'oeil sur cet article

Un ressortissant yéménite de 53 ans qui avait fait venir sa fille du Moyen-Orient pour abuser d'elle sexuellement a plaidé coupable hier matin, au palais de justice de Québec, à des accusations d'inceste, d'agression sexuelle, de voies de fait, d'entrave à la justice et de non-respect de ses engagements.

Selon le court résumé des faits relatés par la procureure de la Couronne au dossier, Me Nathalie Leroux, le ressortissant au statut de résident permanent a fait venir sa fille de 18 ans du Yémen, en février 2009.

Dès son arrivée en terre canadienne, la victime a dû assouvir les pulsions sexuelles de l'homme de 53 ans pendant plusieurs mois avant que le frère de celle-ci, qui vit au Canada, ne dénonce son père à la justice.

L'homme a été arrêté le 9 juin 2009 sous des accusations d'inceste, d'agression sexuelle et de voies de fait. Il a été remis en liberté provisoire deux jours plus tard, après s'être engagé notamment à ne pas communiquer avec sa fille.

Toutefois, le 26 août 2009, l'accusé a dû retourner derrière les barreaux après avoir contacté son fils un mois plus tôt afin qu'il convainque la victime de retirer sa plainte. Mal lui en prit puisque non seulement une accusation de non-respect de ses engagements a été ajoutée à son dossier, mais le Ministère public y est également allé d'une accusation d'entrave à la justice.

Le juge Pierre L. Rousseau a entendu le plaidoyer de l'accusé et a demandé la confection d'un rapport sexologique et d'un rapport présentenciel. Les représentations sur la peine se tiendront le 29 octobre.

Commentaires