/homepage
Navigation
Alcool au volant

Incorrigible septuagénaire sermonné

Coup d'oeil sur cet article

« Il faudrait peut-être comprendre qu'il y a d'autres endroits qu'un véhicule automobile pour boire de l'alcool! »

C'est en ces termes que le juge Jean-Louis Lemay a sermonné comme un enfant un homme de 70 ans qui venait de plaider coupable devant lui pour ses septième et huitième dossiers de facultés affaiblies.

Alain Ricard, qui compte plus de dossiers criminels que d'années à sa vie, a été arrêté en juillet 2009 alors qu'il était stationné à un endroit interdit près de la plage Jacques-Cartier.

Les policiers venus s'enquérir de sa présence à cet endroit ont rapidement constaté les signes d'intoxication chez M. Ricard, en plus de découvrir des cannettes de bière à ses côtés.

Des accusations de garde et contrôle d'un véhicule à moteur avec les facultés affaiblies ont été déposées contre lui et l'homme a été relâché en attendant la suite des procédures. Son procès a été fixé au 19 octobre.

Le septuagénaire n'a toutefois pas attendu cette date pour remettre les pieds au palais de justice, puisque le 2 juillet, les policiers de Québec l'ont de nouveau arrêté après avoir remarqué que le véhicule qu'il conduisait se comportait étrangement à la jonction des autoroutes Charest et Duplessis. Alain Ricard a été conduit au poste de police où il a échoué l'alcootest. Des cannettes de bière ont de nouveau été retrouvées dans la Chevrolet Optra du septuagénaire.

Une nouvelle accusation de conduite avec des facultés affaiblies a été déposée contre lui, mais la justice a décidé cette fois que cet individu devait rester derrière les barreaux en attendant son procès.

Mardi, devant le juge Jean-Louis Lemay, Alain Ricard a décidé de plaider coupable dans les deux dossiers et a été condamné illico à 12 mois de prison.

Histoire d'envoyer un message clair et de donner force de loi à la déclaration du procureur de la défense, Me Alain Dumas, à savoir que son client ne conduirait plus, le juge Lemay a prononcé une interdiction de conduire pour 11 ans contre M. Ricard, alors que l'avis de récidive déposé au dossier par la poursuite (Me Daniel Bélanger) prévoit une interdiction minimale de trois ans. La voiture du contrevenant lui a également été confisquée.

Commentaires