/homepage
Navigation
Les Lions de York s'amènent au Peps

Sur les traces du Rouge et Or

Warren Craney voue un grand respect envers son collègue Glen Constantin. « Sans lui, je ne serais pas ici. Glen est mon mentor. »
© Photo Didier DEBUSSCHERE Warren Craney voue un grand respect envers son collègue Glen Constantin. « Sans lui, je ne serais pas ici. Glen est mon mentor. »

Coup d'oeil sur cet article

Glen Constantin trace des ressemblances entre l'édition de 1996 du Rouge et Or de l'Université Laval et la formation actuelle des Lions de York.

Embauché comme coordonnateur défensif en 1996 par le Rouge et Or, après une saison dans la NCAA avec les Cougars de Houston, Constantin a découvert un programme où tout était à faire.

« Il y a beaucoup de ressemblances entre les deux, a-t-il fait remarquer. Dans les deux cas, on retrouve quelques bons athlètes ici et là, mais il y a beaucoup de travail à faire. »

Au terme de l'entraînement conjoint d'hier matin, Constantin s'est adressé aux joueurs des Lions. « Je leur ai dit qu'ils avaient la chance de vivre un nouveau départ et d'embarquer à fond dans le projet puisqu'ils étaient entre bonnes mains avec les nouveaux entraîneurs, a-t-il raconté. Les joueurs vont vivre une belle journée, dimanche, et je leur ai suggéré d'en profiter pleinement. Ce sera du jamais vu pour eux. »

À la barre des Lions depuis quelques mois seulement, Warren Craney a hésité avant d'accepter l'invitation de son ami Constan­tin, mais l'ancien coordonnateur défensif des Stingers de Concordia soutient qu'il ne pouvait pas passer à côté d'une telle opportunité.

« Au début, je ne voulais pas venir en raison du grand écart qui sépare les deux programmes, a-t-il expliqué. Peu importe le pointage, il s'agira d'une très belle expérience pour nos joueurs qui n'ont jamais vécu quelque chose de semblable. Ils n'ont aucune idée de ce qui les attend lorsqu'ils vont sauter sur le terrain. »

Motivation

Craney veut se servir de cette visite à Québec comme un outil de motivation. « Ces deux jours à Laval vont nous être plus utiles que n'importe quel entraînement que nous aurons avant notre premier match contre Guelph, a-t-il affirmé. Le résultat du match pourrait être décourageant, mais il s'agira d'une motivation supplémentaire pour s'entraîner plus fort. »

« On veut devenir un programme à l'image du Rouge et Or, de poursuivre Craney. On veut se rendre au même endroit que Laval. Avec deux à trois bonnes classes de recrutement, il n'y a pas de raison qu'on ne se retrouve pas parmi les meilleures équipes de la conférence de l'Ontario. Il y a un très grand bassin de joueurs dans notre cour et il faut les garder à la maison. »

Retard et course

Le camp des Lions a bien mal débuté alors que plusieurs joueurs se sont pointés en retard au premier entraînement. « Les gars ont couru, a débité Craney. Il faut changer la culture d'équipe. Depuis cette décision, tout le monde est à l'heure. Les gars ne savaient pas comment s'entraîner. Il y a eu une grosse amélioration depuis quatre ou cinq jours, mais on doit travailler encore sur l'intensité et la vitesse. Le mot d'ordre est new York. »

Commentaires