/homepage
Navigation
LAVAL-CONCORDIA

Des rivaux en mode survie

Le demi de coin Olivier Turcotte-Létourneau s'attend à un début de match endiablé des Stingers de Concordia.
Archives Jean-François Desgagnés Le demi de coin Olivier Turcotte-Létourneau s'attend à un début de match endiablé des Stingers de Concordia.

Coup d'oeil sur cet article

Compte tenu que ses adversaires lutteront pour leur survie, Olivier Turcotte-Létourneau prévoit un départ en lion des Stingers de Concordia samedi après-midi, à l'occasion du dernier match de la saison régulière.

« Il faudra encaisser la première charge et résister à l'assaut du départ, a illustré le vétéran demi de coin du Rouge et Or de l'Université Laval. Le début de match sera très émotif, puisque la rencontre est sans lendemain pour Concordia. Il faudra imposer notre rythme par la suite. »

Le coordonnateur défensif Marc Fortier a été très clair auprès de ses joueurs. « On veut protéger notre quart-arrière et le moyen de le faire est de s'organiser pour que les entraîneurs puissent retirer Bruno Prud'homme le plus tôt possible, a expliqué Turcotte-Létourneau. Le match sera beaucoup plus serré que nos deux dernières rencontres, mais on devra protéger l'avance afin que nos partants en offensive ne soient pas obligés de revenir au jeu, comme ce fut le cas dans le match entre Sherbrooke et Concordia où les Stingers ont réussi une remontée en fin de match pour forcer la prolongation. »

Tertiaire occupée

Turcotte-Létourneau et ses potes de la ligne tertiaire devraient connaître un après-midi de travail occupé. À l'exception du dernier match à Montréal, les Stingers ont misé principalement sur le jeu aérien pour gruger du terrain.

« Parce qu'ils ont pris les devants, ils ont présenté une attaque plus équilibrée, a-t-il expliqué. Leur quart-arrière (Terrance Morsink) semble nerveux dans les situations corsées et il prend des décisions hâtives. »

« Les Stingers font bien progresser le ballon, a renchéri l'entraîneur en chef Glen Constantin, mais ils ont des problèmes dans la red zone. »

Morsink a été victime de 16 interceptions depuis le début de la saison, ce qui représente un sommet au Québec. Le pivot des Stingers a été victime de cinq larcins, vendredi dernier, contre les Carabins, dont trois dans la zone des buts. « En raison d'un manque de communication entre le quart-arrière et les receveurs, les Carabins ont pu réussir quelques interceptions faciles, a raconté Turcotte-Létourneau. Il faudra en profiter. »

Sur le même sujet
Commentaires