/homepage
Navigation
Claudine Douville

Western au coeur du Montana

Pour situer son roman, Claudine Douville s'est offert une semaine western au coeur du Montana.
Courtoisie Dryhead Ranch Pour situer son roman, Claudine Douville s'est offert une semaine western au coeur du Montana.

Coup d'oeil sur cet article

Ce roman, palpitant à souhait et très bien écrit, contient tous les ingrédients d'un bon western : des bons et des méchants, des paysages grandioses mais hostiles, des chevaux, du bétail, des coyotes, un train, des fusils, de la dynamite et des enjeux financiers. Les revirements multiples et inattendus côtoient les grands sentiments puisque le courage, l'amitié, même l'amour, sont au rendez-vous.

Intriguée par la vie des cowboys des années 2000, la journaliste Laura Vittel, se rend au Wild Sage Ranch, au Montana, pour écrire un reportage. Sans dévoiler sa véritable profession et le but de son voyage, elle doit convoyer un troupeau de 400 têtes de bétail en compagnie de trois durs à cuire, Spry, Arturo et Nate, et d'un groupe d'invités. Le groupe entreprend sa rigoureuse chevauchée et au moment où on s'y attend le moins, le danger se pointe. Laura Vittel y perdra-t-elle quelques plumes?

Grandes ambiances

Claudine Douville avait envie d'explorer les grandes ambiances des histoires de cowboys lorsque les éléments de son troisième roman sont nés dans son imagination. «Je ne fais pas d'équitation régulièrement, hélas, mais j'aime beaucoup les chevaux et j'aimerais bien avoir un cheval et pouvoir le monter. J'ai toujours eu cette passion», raconte la commentatrice.

L'idée de vivre une semaine de cow-boy dans un vrai ranch s'est imposée. «J'avais tout à coup le prétexte extraordinaire pour y aller... L'histoire était déjà là, mais je suis allée chercher des atmosphères, des idées, des contextes, des odeurs, des feelings. Ce que j'ai écrit dans le roman n'est pas ce que j'ai vécu au Dryhead Ranch, bien évidemment. J'avais bien averti mon mari avant que ce que j'écrivais dans le livre n'était pas ce que j'allais vivre au Montana!», raconte-t-elle avec humour.

Une fois sur place, la beauté des paysages l'a émerveillée, entre autre près du canyon de la rivière Little Bighorn. «Je ne soupçonnais pas ces falaises roses avec l'eau turquoise en bas. C'est vraiment fantastique et surprenant. Ces grands espaces avec les montagnes pelées, c'est tellement beau! Il y a des gros buissons de sauge que tu écrases en passant avec ton cheval. Ça sent bon!»

Ses souvenirs de wrangling à l'aube resteront à jamais gravés dans sa mémoire. «Ils laissent les chevaux libres le soir dans un grand pâturage et le matin, il faut aller les chercher pour les ramener au ranch et les faire manger avant de les monter. C'est super le fun parce que tu es plus au galop qu'avec les vaches, où tu es tout le temps au pas ou au petit trot. Il faisait complètement noir quand on partait, puis le soleil se levait et tapait le haut des montagnes, ça devenait rose, ça devenait or. C'était magnifique.»

Le Montana, l'un des trois états le moins densément peuplé des États-Unis, a livré quelques-uns de ses secrets à la romancière. «Ne voir personne, ça se peut. Quand on est arrivés, Iris nous a amenés au ranch et nous a montré des chevaux sauvages. Il y en a encore. On est vraiment en pays cowboy et Billings, c'est aussi une ville de cowboys», note Claudine, qui a ajouté une petite visite au Yellowstone National Park à son séjour. «Ce voyage, je le referais n'importe quand!»

Pour écrire Une histoire de cowboy, Claudine Douville s'est rendue au Sud du Montana au Dryhead Ranch, un établissement fondé en 1898 qui se trouve à deux heures et demie de route de Billings. Pour avoir une idée des lieux : www.dryheadranch.com.

Sur le même sujet
Commentaires