/homepage
Navigation
Manifestation

Le FRAPRU envahit l'Îlot Voyageur

Pour la seule région montréalaise, le FRAPRU demande à ce que 22 500 unités de logements soient livrées.
©Agence QMI / Sebastien St-Jean Pour la seule région montréalaise, le FRAPRU demande à ce que 22 500 unités de logements soient livrées.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Une centaine de manifestants du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) ont sorti leurs pelles et pris d'assaut l'Îlot Voyageur à Montréal pour réclamer la construction de 50 000 logements sociaux dans la province lors des cinq prochaines années.

Ce coup d'éclat, à quelques semaines du dépôt du prochain budget du ministre des Finances Raymond Bachand, s'inscrivait dans le cadre de la Caravane du FRAPRU, qui poursuivra sa cavale un peu partout en province au cours de la semaine avant de se clore samedi, lors d'une grande manifestation à Québec.

Pour la seule région montréalaise, le FRAPRU demande à ce que 22 500 unités de logements soient livrées, notamment pour venir en aides aux familles qui peinent à se trouver un toit qui correspond à leurs besoins.

Frappé sur un symbole

Après un bref rassemblement au Carré St-Louis, les manifestants ont descendu la rue St-Denis jusqu'à l'Îlot Voyageur, propriété du gouvernement provincial.

Après avoir déblayé à la hâte des escaliers sur ce chantier stagnant, tous se sont donné rendez-vous sur un toit de la structure. La cinquantaine de centimètres de neige qui les attendaient sur place ont forcé une autre séance intense de pelletage, avant que le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant, ne prenne finalement la parole.

«Cet immeuble est vacant alors que dans le Centre-Sud et le centre-ville, il y a des besoins pour bien autre chose que ce type de projet là. On a décidé d'y aller de l'avant avec cet éléphant blanc. Quand c'est pour gaspiller pour toutes sortes d'affaires, le gouvernement a de l'argent. On pourrait aussi donner l'exemple du Colisée de Québec. S'ils en avaient pour l'Îlot Voyageur et pour le Colisée, il en a pour nous autres», a lancé M. Saillant, qui souhaite que l'État soit davantage à l'écoute de la population.

«C'est le genre de projet qu'on ne veut pas dans nos quartiers. On veut des projets qui servent la population locale», a avancé celui pour qui la structure de l'Îlot Voyageur pourrait être utilisée pour bâtir du logement social.

«Le terrain est déjà payé, la structure est déjà construite, ça serait économique!»

Selon le dernier rapport de la Société canadienne d'hypothèque et de logement, le taux d'inoccupation dans les logements de trois chambres n'est que de 1,8 % alors qu'il devrait se situer à 3 %.

De plus, lors des 10 dernières années, le loyer moyen pour ce type d'habitation est passé de 647 $ à 909 $, une hausse de 40,5 %, accroissant du même coût le nombre de familles mal-logées, une réalité avec laquelle doivent composer 30 % des ménages immigrants.

Commentaires