/homepage
Navigation
Patriotes

Porter le flambeau des patriotes

La Marche aux Flambeaux, à la mémoire des 12 patriotes pendus en 1837, a débuté au Pied du Courant.
© Agence QMI / Luc Cinq-Mars La Marche aux Flambeaux, à la mémoire des 12 patriotes pendus en 1837, a débuté au Pied du Courant.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Quelque 75 personnes ont bravé le froid mardi soir à Montréal afin d'honorer la mémoire des 12 patriotes pendus au Pied-du-Courant, à la suite des rébellions de 1837 et 1838.

Se donnant rendez-vous à sur les lieux de l'ancienne prison sur l'avenue Delorimier, près de la rue Notre-Dame, à l'invitation des Jeunes patriotes du Québec (JPQ), les manifestants ont effectué une marche silencieuse au flambeau qui a culminé au parc Émilie-Gamelin.

Ils ont ensuite rendu hommage à celle qu'on surnomme «l'Ange des prisonniers», en raison de ses nombreuses visites auprès des détenus politiques de cette époque mouvementée.

Selon Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, l'héritage des patriotes demeure encore très présent dans nos vies.

«Les patriotes réclamaient la démocratie parlementaire, la fin de la corruption au sein du gouvernement et des droits égaux pour le peuple d'origine française. C'est grâce à eux si nous vivons dans un système démocratique et que nous existons encore», a-t-il dit.

Un avis que partage Paolo Zambito, porte-parole des JPQ. «Les patriotes sont morts en défendant les idées de liberté et de démocratie qui nous semblent tellement acquises aujourd'hui. Or, quand on suit un peu l'actualité, on constate à quel point ces acquis ne tiennent finalement qu'à un fil. Souligner la mémoire de ceux qui se sont battus pour rendre notre société plus juste n'est pas un luxe.»

Le 15 février 1839, cinq patriotes, dont Chevalier de Lorimier, furent exécutés à la prison du Pied-du-Courant.

Commentaires