/homepage
Navigation
Controverse autour d'une synagogue

Un projet d'agrandissement contesté

Un projet d'agrandissement contesté
© Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Loin de baisser les bras après que les élus du Plateau Mont-Royal eurent donné leur accord à l'agrandissement d'une synagogue sur la rue Hutchison, un groupe de citoyens d'Outremont et du Plateau veut forcer la tenue d'un référendum sur la question.

Pour freiner le projet de la Congrégation Gate David of Bobov, l'instigateur de ce mouvement, Pierre Lacerte, dit se baser sur les règlements municipaux pour «protéger le caractère résidentiel de la rue» et avance qu'un agrandissement de l'édifice religieux accentuerait «les nuisances» déjà constatées.

«La synagogue a un droit acquis et nous ne remettons pas en cause son existence. Mais au fil des ans, l'usage qu'on en fait s'est accru», estime le citoyen.

«Elle n'est pas fréquentée seulement le jour du sabbat, mais bien tous les jours. Ils s'en servent comme école, salle communautaire, on y fait des fêtes, on amène même des autobus inter-cités, ce qui est illégal», mentionne celui qui dit avoir vu son balcon être «occupé par environ 35 personnes lors d'une cérémonie extérieure».

Une soixantaine d'opposants s'étant déjà avancés, le groupe est maintenant en position d'exiger l'ouverture d'un registre qui, s'il récolte suffisamment de signatures, forcerait la tenue d'un référendum sur la question.

Pas une surprise

Du côté de l'arrondissement du Plateau Mont-Royal, l'initiative n'a pris personne par surprise. «C'était tout à fait prévisible. C'est une procédure connue et il est légitime que les citoyens s'en prévalent», estime Alex Norris, conseiller de Ville pour Projet Montréal, qui défend la décision d'avoir donné le feu vert aux travaux.

«Le projet a été beaucoup modifié par rapport à ce qu'il était à l'origine afin de tenir compte des citoyens. C'est une décision équilibrée.»

Chez les membres de la communauté juive qui fréquentent la synagogue, on se dit déçu de cette autre initiative citoyenne pour freiner les travaux.

«Il n'ont pas de raisons de faire ça. C'est tranquille, les gens viennent prier et retournent ensuite à la maison», s'est indigné un homme s'étant rendu à la synagogue dimanche pour aller y étudier et qui a préféré garder l'anonymat.

Ce dernier n'hésite d'ailleurs pas à parler d'antisémitisme dans ce dossier. «C'est clairement une action contre la communauté juive. Pourtant, les gens de la congrégation ne font pas de mal à personne.»

Des attaques qui laissent de glace M. Lacerte. «Ça n'a rien à voir, tout le monde doit respecter les règlements municipaux.»

Commentaires