/homepage
Navigation
Soins de santé

Québec lance une vaste étude

Les répondants sélectionnés aléatoirement recevront une lettre pour les informer de leur sélection.
Les répondants sélectionnés aléatoirement recevront une lettre pour les informer de leur sélection.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Afin d'évaluer la restructuration des soins de santé ayant mené à la création des Centres de santé et de services sociaux (CSSS) en 2004, le ministère de la Santé lance une vaste étude auprès de quelque 46 000 Québécois aux quatre coins de la province.

Menée par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), l'Étude québécoise sur l'expérience de soins de santé et des services sociaux portera notamment sur l'accessibilité, la continuité et l'efficacité des soins et permettra «de dresser un portrait de la situation et de voir si elle s'est améliorée», explique Rosanna Paradis, chargée de projet de l'enquête.

L'échantillonnage sera bâti de manière à obtenir un portrait représentatif du bassin démographique des 95 territoires couverts par les différents CSSS, ce qui permettra de faire l'état de la situation dans les différents secteurs, a précisé Mme Paradis, qui ajoute qu'il s'agit d'une des plus larges études portant sur la santé effectuée par l'ISQ. Les répondants sélectionnés aléatoirement recevront une lettre pour les informer de leur sélection. Et bien qu'on estime pouvoir obtenir des résultats représentatifs avec un taux de participation de 68 %, l'ISQ souhaite ardemment qu'ils soient beaucoup plus nombreux à se prêter au jeu afin de maximiser la précision des résultats.

«L'enquête se fera par téléphone et l'appel a une durée de 18 à 20 minutes. [.] En acceptant, ils nous aident, mais ils s'aident eux-mêmes, car l'étude permettra d'adapter les services aux besoins de la population», insiste la chargée de projet.

À la suite de cette collecte de données, l'ISQ lancera une étude sur les limitations d'activité, les maladies chroniques et le vieillissement. Pour la mener, l'Institut sollicitera, parmi les répondants à la première étude, 14 000 personnes jugées vulnérables, qui ont des limitations dans leurs activités, qui souffrent de maladies chroniques ou qui ont 65 ans ou plus.

Commentaires