/homepage
Navigation
Défi DIÈTE

Les stabilisateurs, c'est quoi au juste?

Coup d'oeil sur cet article

On en voit de moins en moins de nos jours, mais peut-être vous souvenez-vous quand même des ceintures lombaires que portaient certains ouvriers pour soutenir leur dos pendant leurs longues journées de travail.

Ces larges ceintures font le travail de nos muscles stabilisateurs lorsque ceux-ci sont trop faibles et manquent de tonus. Supporter le poids des charges que nous soulevons, protéger notre corps des blessures, nous assister, voilà leur tâche précise. Mais en s'habituant à porter une de ces ceintures, l'ouvrier ne développe pas sa musculature en fonction de l'utilisation qu'il fait de son corps.

Qu'arrivera- t-il le jour où il oubliera de la mettre? Le jour où il fera un effort physique hors du cadre de son emploi, en voulant aider son beaufrère à rénover son balcon, par exemple? Ou encore le jour où son petit-fils lui lancera un défi de badminton un peu trop intense? Vous avez deviné, il risque fort de se blesser, et peut-être même gravement.

Voilà pourquoi je vous recommande, plutôt que de vous acheter une ceinture lombaire, de vous en «construire» une à même votre corps, en entraînant vos muscles et en vous habituant au jour le jour à soutenir le poids des charges que vous devez soulever ou déplacer. C'est important pour tous, peu importe notre emploi ou le style de vie que nous avons choisi.

ROTATION AVEC CHARGE

1-Asseyez-vous en inclinant le tronc vers l'arrière à 45 degrés et fléchissez légèrement les jambes (seuls vos talons doivent être au sol). Contractez vos abdos et gardez le dos très droit. Tenez votre charge devant vous.

2-Sans bouger le tronc, tournez-vous vers la droite comme si vous alliez déposer votre charge au sol, puis ramenez-la au centre.

3-Faites ensuite le même mouvement vers la gauche. Prenez soin de bien contracter l'ensemble des muscles abdominaux pendant toute la durée de l'exercice.

Le contenu de cette chronique est tiré du livre « Abdos fessiers » de Josée Lavigueur, publié aux Éditions de l'homme.

Commentaires