/opinion/columnists
Navigation

Des gens inspirants !

Coup d'oeil sur cet article

J'aimerai vous parler aujourd'hui de certaines personnes que j'ai connues au fil des ans et qui ont suscité toute mon admiration, par leur courage, leur détermination à réaliser leurs objectifs.

Les premiers qui ont, sans aucun doute, tracé les pavés de ma vie sont mes parents. Enfants de la guerre et de la misère, sans étude, plusieurs fois immigrants, ils ont réussi à faire de leur vie quelque chose de merveilleux où tous les espoirs étaient permis. Mon père est devenu un peintre et sculpteur, autodidacte mais tellement talentueux. Ma mère, à 50 ans, a entrepris des cours de guitare et de piano. À 70 des cours d'espagnol et d'anglais Rien ne l'arrêtait. Elle avait l'habitude de me dire «je prends de l'avance pour ma prochaine vie!» Aujourd'hui disparus, ils ont laissé un héritage moral inestimable !

Tous les autres

J''ai connu le chanteur Salvatore Adamo au milieu des années 60. Son père Antonino Adamo, a été son premier imprésario. Il m'a raconté les débuts de son fils qui participait à plusieurs concours amateurs. Cétait plus à la radio à ces moments-là. Ils habitaient la Belgique à Jemmapes et ils devaient prendre le train pour aller en France, à Paris où ces concours se déroulaient. Ils ont couché plus d'une fois à la gare, manquant le dernier train et trop fauchés pour se payer un hôtel. Monsieur Adamo appuyait son fils avec une foi inébranlable, celle qui permet de franchir tous les obstacles et c'est ainsi qu'à 20 ans Salvatore est devenu l'idole d'une nouvelle génération, travaillant sans relâche, faisant profiter sa famille de son aisance. Il n'a jamais oublié qu'il était le fils d'un mineur sicilien !

Dans les années 80, alors que j'animais à Laval, une émission quotidienne à la station AM, CKLM, j'ai eu l'occasion de recevoir Guy Laliberté. Il est arrivé, en jean et souliers de course, pour parler de son cirque, en faire la promotion avec passion. Il présentait pour la première fois son spectacle dans le Vieux Montréal. Ce n'était pas encore le Pérou mais Dieu qu'il y croyait. C'était contagieux! Tellement contagieux que le monde entier y a cru aussi. Quel succès mais quelle détermination aussi.

Je ne peux m'empêcher de vous parler aussi de Mitsou que j'ai engagée à la fin des années 90 ou au début de 2000 (je ne me rappelle plus exactement) à titre de directrice de la publication mensuelle «Clin d'Oeil». J'étais à l'époque en charge de tous les magazines de Quebecor Média.

J'ai connu une femme exceptionnelle, dotée d'une incroyable énergie. Déterminée, studieuse, appliquée, elle s'est révélée à elle-même et a vite compris qu'elle pouvait aller plus loin encore.

Et que dire de Céline Dion que j'ai connue quand elle avait 14 ans. Il n'y a rieu eu de gratuit dans son succès. De la détermination, du travail, de la discipline et des grands sacrifices. Mais plus incroyable encore est cette volonté farouche qu'elle a eu afin de devenir mère à son tour. Quelle inspiration pour tous ceux et celles qui désespèrent !

J'aurais aimé vous parler d'autres gens plus inspirants les uns que les autres que j'ai connus mais l'espace me fait défaut. La prochaine fois peut-être.

Joyeuses Pâques à tous.

Commentaires