/opinion/columnists
Navigation

Apprivoiser l'absence

Coup d'oeil sur cet article

Maman, le mot le plus doux que je connaisse! Celui qui rassure, qui réconforte, qui apaise.

J'ai perdu ma mère, il y a quelques mois à peine, et ce sera la première fois du plus loin que je me souvienne qu'elle ne me serrera pas dans ses bras, que je n'entendrai pas sa voix le jour de la fête des Mères. Alors aujourd'hui, si vous le permettez, je voudrais lui rendre hommage.

Yolande avait les yeux les plus lumineux que j'ai vus dans ma vie. Ils étaient remplis d'amour pour moi. Elle avait les bonnes paroles pour tout et me donnait tous les courages nécessaires pour affronter les difficultés. Vous savez, c'est d'elle que j'ai retenu l'expression : « Je le fais. C'est possible. »

Un soleil

Enfant de la guerre, de la misère, elle a appris à s'en sortir et a trouvé les moyens pour le faire.

Elle est née dans un endroit sordide en Afrique. Toutefois, le soleil qui y abondait a été son porte-étendard. Yolande était soleil et illuminait, par sa passion, sa joie de vivre et sa gourmandise, son entourage. Ceux qui l'ont connue ont tous été touchés par sa beauté - elle était particulièrement belle physiquement-, mais surtout par son dynamisme, sa grande écoute, sa compassion et l'amour qu'elle portait à l'humanité.

Curieuse

Ma mère était curieuse. Elle adorait apprendre. Ayant dû quitter l'école très tôt, à cause de la guerre, elle est restée jusqu'à la fin assoiffée de connaissances. J'ai retrouvé, en Floride, où je passe quelques temps l'hiver, un cahier où elle avait noté, récemment, tous les mots d'anglais qu'elle voulait retenir. La politique la passionnait et elle me parlait souvent de tout ce qui se passait dans le monde.

Elle croyait à l'exploration d'autres planètes, adorait Obama, ne manquait jamais l'émission Découvertes, admirait Julie Snyder pour son audace, sa combativité. Ma mère aimait le Québec, sa dernière terre d'adoption. Celle qui a vu naître ses petits-enfants et ses arrière-petits-enfants.

Artiste

Nul doute que si elle avait pu recommencer sa vie, elle serait devenue artiste. La musique l'habitait en entier. Elle serait devenue chanteuse ou musicienne. Une chose est certaine, elle nous a transmis à tous son amour de la musique, de la fête et des autres.

Les autres comptaient beaucoup pour ma mère. Sa famille, frères, sœurs, cousins, amis, voisins.

Fière

Je me demandais souvent comment elle faisait pour aimer autant de gens. Elle trouvait toujours une qualité à quelqu'un. Avec le recul, lorsque je me mets à penser à tout cela, je n'en reviens pas encore. Elle aurait pu être aigrie, amère par les épreuves qu'elle a connues. Les camps de réfugiés, la maladie, l'immigration. Mais non, elle n'était pas comme ça. Voilà, telle était ma mère. J'en suis si fière. Je l'aime et l'aimerai. Bonne fête maman.

Je dois apprendre maintenant à apprivoiser ton absence physique car pour le reste je sais que tu es toujours là. Bonne fête à vous toutes chères mamans!

Commentaires