/opinion/columnists
Navigation

Une bien triste histoire d'amour

Coup d'oeil sur cet article

Je ne peux m'empêcher de vous raconter l'histoire de Tanya (prénom fictif), qui m'a écrit pour me faire partager sa triste histoire d'amour. « J'aimerais que vous parliez de ce que j'ai vécu, m'a-t-elle dit, pour que les jeunes femmes ne se laissent pas berner comme je l'ai été. Ces peines d'amour-là nous marquent pour la vie et peuvent nous amener vers des chemins qu'on n'avait vraiment pas imaginé prendre. »

Âgée d'à peine 20 ans, Tanya fréquente un jeune homme depuis trois ans. Elle rêve de devenir mannequin. Son copain, jaloux, l'empêche de se réaliser. Alors, dépitée, elle finit par accepter l'invitation d'un autre homme. Ce qu'elle ne s'imaginait pas se produit. Elle succombe à un foudroyant coup de foudre. « Je lui trouvais un charme fou, de dire Tanya. Il m'apparaissait comme le plus bel homme de la terre. On riait ensemble. On était bien. Il était mon âme sœur. J'étais loin de savoir qui il était vraiment! »

Cet homme-là, dont Tanya a voulu taire le nom, lui a avoué qu'il était sur le point de se séparer et qu'il avait des enfants. Quelque temps après, elle emménage chez lui. Elle est éblouie par la superbe maison de son nouvel amoureux. Les relations avec les enfants de celui-ci sont excellentes. La jeune femme nage en plein bonheur. « Notre vie de couple a débuté le 18 novembre 2009 et le 16 janvier 2010, j'apprenais que j'étais enceinte. Il a semblé aussi content que moi et s'est précipité pour avertir toute sa famille de l'heureux événement, de poursuivre Tanya. »

Son conjoint travaillait beaucoup, car il avait sa propre business dans le domaine de l'automobile. Il finit par lui avouer qu'il lui arrivait de faire des choses illégales. « Quand j'ai appris ça, je lui ai dit que je n'étais pas d'accord, d'ajouter Tanya. Surtout avec l'arrivée du bébé. Je ne me sentais pas rassurée. Je me suis aperçue que l'argent était ce qui le motivait le plus. Il lui fallait la plus belle automobile, le bateau à la porte de sa luxueuse maison. Mon chum avait besoin de "flasher", sans cela, il n'était définitivement pas heureux. »

« Moi, j'étais inquiète, mais désemparée avec le bébé à venir. Plus ma grossesse avançait et plus il s'éloignait de moi. Le 16 septembre 2010, j'ai perdu mes eaux, mais il n'a pas voulu me conduire tout de suite à l'hôpital, car il prenait des pilules pour dormir. Finalement, il a dû se rendre à l'évidence. »

« Je souffrais tellement qu'il s'est enfin résigné. Pendant que je vivais ces moments difficiles en attendant l'arrivée de ma fille, lui dormait dans un divan de l'hôpital, d'écrire Tanya. »

Je ne peux malheureusement vous donner tous les détails douloureux confiés par la jeune femme, car l'espace me manque. Huit jours après la naissance de son enfant, Tanya a reçu un appel de son conjoint qui avait découché depuis plusieurs jours lui signifiant qu'elle avait deux jours pour quitter avec sa fille.

La nouvelle maman n'a pas résisté à ce choc, elle a avalé tous les somnifères de son copain et s'est retrouvée trois jours dans le coma. La DPJ a pris soin de son bébé et, finalement, elle a pu reprendre sa fille en mars 2011. Elle s'occupe seule de son enfant et veut refaire sa vie autrement, mais une tuile vient de lui tomber dessus. Le père de sa fille s'est manifesté et veut en avoir la garde. Une nouvelle bataille qui commence pour Tanya, qui ne pensait pas qu'un tel coup de foudre pouvait l'amener à tant de souffrance.

Commentaires