/opinion/columnists
Navigation
Chronique

Fuir le quotidien

Coup d'oeil sur cet article

Que de fois avons-nous dit : « J'ai besoin de décrocher. J'en peux plus. Trop c'est trop. Je suis crevé(e). Je sens que je vais craquer. » Voilà pourquoi les êtres humains prennent des vacances.

Pour se reposer, fuir le quotidien, les contraintes, le stress. Pour se ressourcer. On en rêve.

Les vacances, on les apprécie. On commence à les apprécier avant même de les prendre. Quand on se met à en rêver jusqu'à leur planification. Et, peu importe ce que l'on fera, où l'on ira...

L'essentiel sera de faire autre chose que dans la vie courante.

On a besoin d'évasion, de sentir que l'on existe de manière différente. Les vacances, ce n'est pas forcément dormir plus. C'est juste dormir sans se sentir oppressé en se disant que le lendemain sera excitant ou rempli de farniente. Que l'on décide de faire du vélo, du camping, de la voile, un voyage ou de lire avec délectation un bon livre en restant chez soi, sur son balcon, dans son salon, sans se poser trop de questions, les vacances, c'est décrocher tout bonnement. Oublier son boulot, les traites à payer, les angoisses.

Les vacances, c'est aussi reconsolider les liens familiaux. Se retrouver avec ses enfants et surtout pas au pas de course. Prendre le temps de les regarder, de tisser avec eux des souvenirs qui resteront ancrés dans leur cœur tout au long de leur vie. Et tout ça n'est pas rien!

Réfléchir

Le repos nous permet aussi de mieux réfléchir, de voir clair. J'ai connu plusieurs personnes qui ont profité de leurs vacances pour changer leur vie. Prendre du recul nous aide à faire le point, à mieux orienter sa vie. Cela nous permet de comprendre ce que l'on veut vraiment. Et, une fois l'esprit reposé, le corps détendu, on trouve le courage de se préparer à transformer les choses avec douceur et fermeté.

En fait, les vacances c'est prendre tout le temps nécessaire pour respirer et repartir du bon pied. C'est une oxygénation nécessaire. Ce temps d'arrêt est bénéfique à tous les niveaux. Il y a des gens qui ne décrochent jamais, craignant de se retrouver avec eux-mêmes face à leur vie de couple, leur famille.

Le travail est alors une autre fuite. Mais cela les rattrapera inévitablement.

Vivre en équilibre

Le regretté chanteur Henri Salvador a écrit, il y a quelques années, une chanson qui m'a toujours fait sourire : « Le travail c'est la santé, rien faire c'est la conserver! » Ce n'est certes pas ce que je vous recommande, mais il n'en demeure pas moins qu'il faut un peu des deux pour vivre en parfait équilibre.

Il faut aussi faire des tas de choses inutiles. On a tellement appris à se « robotiser » qu'on a oublié de rêvasser, lézarder, contempler. On a le droit de le faire de temps en temps. De s'abandonner. Ce qui ne nous empêche pas de retrouver après ses responsabilités, ses engagements, son quotidien.

Bonnes vacances!

Commentaires