/news/currentevents
Navigation
Les viaducs

Encore des structures douteuses

Deux viaducs sont fermés, depuis mars

Coup d'oeil sur cet article

Une mésentente entre le ministère des Transports du Québec (MTQ) et la Ville de Sainte-Anne-de-Bellevue, quant au partage des responsabilités, prive plus de 13 000 automobilistes de deux ponts d’étagement, fermés depuis mars dernier, pour des raisons d'intégrité structurale douteuse.

« Les viaducs sont fermés depuis mars, ça commence à être long. Après autant de mois, on est en droit de s’attendre à une solution », questionne Grey Rajewski, usager de ces deux structures et instigateur d’une pétition.

Les deux ponts d’étagement sont situés près de l’autoroute 40. L’un est accessible en direction ouest via la sortie 41 de l’autoroute Félix-Leclerc. L’autre, son voisin, depuis le boulevard des Anciens-Combattants.

Grey Rajewski
Impatient

Sécurité

Sainte-Anne-de-Bellevue a décidé de fermer ces deux ouvrages routiers, le 28 mars dernier, évoquant des raisons de sécurité.

« Il y a eu un rapport d’ingénieur, en 2009, concernant ces deux structures. Nos ingénieurs à la Ville ont également été sollicités pour faire une inspection », dit le maire Francis Deroo, évoquant qu’il n’y avait pas de risque à prendre.

Construits en 1965 par le ministère des Transports, les viaducs ont été cédés par la suite à Sainte-Anne-de-Bellevue, selon le MTQ.

Or, le maire refuse de payer pour la réfection des deux ponts d’étagement.

« On pense que ce n’est pas aux citoyens de Sainte-Anne-de-Bellevue de payer pour remettre ces structures en état sécuritaire », estime M. Deroo.

Le maire refuse également de rendre publics les rapports d’ingénieurs quant à l’état des viaducs.

« Je vais rendre publics les rapports quand je vais avoir l’assurance de la participation financière du MTQ », dit-il, estimant le coût de la réfection à un demi-million de dollars.

Échéancier

Du côté du MTQ-section Montréal, on dit procéder actuellement à une évaluation.

« On devrait être en mesure de proposer un concept et un partage des coûts très bientôt à la Ville, précise Caroline Larose, porte-parole de Transports Québec.

« On n’est pas en mesure de parler d'échéancier pour le moment. Tout va dépendre de comment la proposition sera reçue par la Ville », prévient Mme Larose.

Transports Québec insiste, toutefois, sur la possibilité d’utiliser une sortie secondaire pendant la fermeture des ouvrages routiers.

« Il faut sensibiliser la population et encourager les personnes impliquées à trouver une solution rapidement », fait valoir M. Rajewski.

  • Entre 7 000 et 13 000 automobilistes utilisent chaque jour ces viaducs, selon les données du MTQ, en 2004.
Commentaires