/entertainment/tv
Navigation
jean l’italien

Deux rôles, Deux mondes

Deux rôles, Deux mondes
photos courtoisie Lucien dans Destinées et Motard dans La Galère

Coup d'oeil sur cet article

Jean L’Italien ne le cache pas. Il a eu peur d’être en chômage après ses huit ans dans Virginie où il a interprété le rôle de Bernard. Ses craintes étaient toutefois non fondées puisque ses fans le retrouvent aujourd’hui dans Destinées, La galère et même dans la pub de Capitaleone.

« Je me sens privilégié », dit celui qui est également en tournée québécoise avec la production Les dix petits nègres, d’Agatha Christie. « Je suis content d’être de cette pièce, car elle me permet de renouer avec le théâtre. Ça faisait un moment que je n’en avais pas fait. D’abord à cause de Virginie et ensuite parce que mes enfants étaient jeunes à l’époque. Aujourd’hui, ils ont 13 et 15 ans. Ils sont bien contents quand je pars », lance-t-il en riant.

Destinées

L’Italien est heureux de naviguer entre les univers de Michelle Allen (Destinées) et Renée-Claude Brazeau (La galère). « Ce sont deux mondes complètement différents. Ce qui est intéressant, c’est qu’à l’époque de Virginie, j’étais comme dans un bureau et c’était les autres qui se greffaient à mon personnage. Là, c’est le contraire : c’est moi qui me greffe aux autres. Et je me place dans deux triangles amoureux. Avec Isabelle (Geneviève Rochette) et Jacques (Jeff Boudreault) d’une part, et Élizabeth (Isabelle Brouillette) et Stéphane (Jean-François Beaupré), de l’autre. J’adore ça. »

Son personnage de Lucien dans Destinées a plusieurs couches. « Les gens ne savent pas trop quoi penser de lui. Est-ce qu’il se fait avoir par Elizabeth ? Comment a-t-il fait son argent ? Même que récemment une dame m’a dit que c’était Lucien qui avait agressé Bernard (Patrice Godin) », dit L’Italien.

Le comédien ne peut en dire davantage. « Très honnêtement, je ne sais pas et je veux jouer ce personnage sans rien savoir de ce qui l’attend. Je me fie aux réalisateurs de la série; je parle beaucoup avec eux pour guider mon jeu. J’aime mieux faire de cette façon. Tout ce que je sais, c’est que ce gars est amoureux et qu’il a de l’argent. Il peut tout se permettre avec son argent », mentionne l’acteur.

Jean L’Italien est heureux de voir la place qu’a pris son Lucien dans Destinées. « Au départ, on m’avait prévenu que ce ne serait que pour huit épisodes et que, par la suite, mon personnage disparaissait. Finalement, l’auteure lui a donné plus de place », explique-t-il.

La Galère

Par ailleurs, au cours des dernières semaines, Jean L’Italien a fait son apparition dans La galère dans le rôle de Motard. Tout simplement. « Je suis là jusqu’à la fin de la saison et j’ai su que s’il y avait une autre saison, ça regardait bien pour mon personnage. Je sais que cette semaine, le mari d’Isabelle a découvert un passé trouble à Motard mais je peux dire que ce n’est pas aussi clair que ça. Dans le prochain épisode, les téléspectateurs en apprendront plus. »

Motard développera-t-il une relation avec Isabelle ? « Je ne sais pas. Elle est atteinte d’Alzheimer. C’est une maladie à laquelle j’ai été confronté puisque mon grand-père et un oncle en ont été atteints. Ça peut être long avant que la maladie soit dans un état avancé. Je ne sais pas jusqu’où ira Renée-Claude (Brazeau) en ce sens. »

Finalement, L’Italien se fait homme de l’âge de pierre dans une pub de Capitaleone. « Le public a l’air d’aimer ça. C’est un concept qui peut se développer. Les personnages peuvent facilement se retrouver dans diverses situations », termine-t-il.


 

Destinées, mercredi, 20 h, TVA

La galère, lundi, 21 h, SRC

www.lacomediehumaine.ca :

Les dix petits nègres (en tournée)

Commentaires