/sports/hockey/canadiens
Navigation

Markov devra rebâtir sa confiance

Coup d'oeil sur cet article

Andrei Markov a recommencé à patiner en solitaire et certains se demandent s’il ne serait pas plus sage pour le vétéran défenseur russe d’oublier un retour au jeu cette saison.

On fait valoir que Markov n’a pris part qu’à sept matchs de saison régulière en deux ans et qu’il accuserait un trop grand retard sur ses coéquipiers et, surtout, sur ses adversaires qui sont au sommet de leur forme à ce stade-ci de la saison.

Je ne partage pas cet avis. Au contraire, je crois que si Markov finit par obtenir le feu vert des médecins et qu’il reçoit l’assurance que son genou droit est parfaitement guéri, il a tout intérêt à effectuer un retour au jeu cette saison.

Que le Canadien ne soit plus dans la course pour une place dans les séries ne changerait rien à la situation, selon moi. 

Markov a tout intérêt à jouer cette saison

Être rassuré

 Markov a besoin de jouer, de participer à des matchs afin qu’il puisse être rassuré au sujet de l’état de son genou.

L’équipe lui a accordé un gros contrat l’été dernier, une entente de trois ans pour un montant global de 17,25 M$. On croyait alors que Markov serait prêt à amorcer la saison en octobre.

Sa guérison ne s’est malheureusement pas passée comme prévu et Markov a dû subir une autre intervention chirurgicale au mois de décembre pour corriger un problème persistant d’enflure dans le genou.

Le Canadien a énormément souffert de l’absence de son meilleur défenseur. Mais si Markov est déclaré apte à revenir au jeu dans les prochaines semaines, il doit sauter sur l’occasion.

Reprendre le rythme

Peu importe le nombre de matchs qu’il pourra disputer, ça lui servira grandement en vue de la prochaine saison. Il aura l’occasion de reprendre un certain rythme de jeu.

Il se présentera en meilleure forme et surtout moins rouillé au prochain camp d’entraînement.

Ces quelques matchs lui permettraient de rebâtir sa confiance, de chasser la peur de subir une autre fois une blessure au genou.

C’est le principal handicap que devra surmonter Markov à son retour à la compétition. Il devra éliminer les craintes, qui sont tout à fait normales pour un athlète aux prises avec des problèmes aux genoux.

Je suis certain que Randy Cunneyworth l’accueillerait à bras ouverts au sein de sa formation, même si les espoirs de participer aux séries fondent comme neige au soleil.

Par contre, si Markov ne revient pas au jeu d’ici le mois d’avril, il faudra se poser de sérieuses questions au sujet de son avenir. La convalescence d’un joueur ne peut pas durer indéfiniment. 

Crosby va prendre son temps

Parlons maintenant du cas de Sidney Crosby. Serait-il préférable pour lui de faire une croix sur la présente saison et de se concentrer à se débarrasser complètement des symptômes reliés à sa commotion cérébrale qu’il ressent toujours, malheureusement ?

On a appris le week-end dernier que Crosby avait aussi souffert d’une blessure au cou. On a injecté un produit dans le cou du joueur étoile afin de réduire l’enflure entre les vertèbres C1 et C2.

Certains observateurs reprochent aux médecins des Penguins de ne pas avoir su diagnostiquer cette blessure au cou, mais je ne suis pas parmi ceux qui pointent un doigt accusateur.

J’ai dirigé assez longtemps dans la Ligue nationale pour savoir que les athlètes disposent des meilleurs services médicaux. J’ai toujours été impressionné par la qualité des médecins mis à la disposition des équipes, par l’attention qu’ils réservent aux joueurs.

Par contre, il n’existe pas de système sans faille.

Les commotions cérébrales sont une affaire complexe, où il existe de l’inconnu, malgré les progrès réalisés ces dernières années dans les recherches pour contrer ce fléau.

On espère revoir Crosby en action cette saison. Je suis certain qu’on s’assurera qu’il soit guéri à 100 % avant de lui donner le feu vert.

Les Penguins se montreront extrêmement prudents dans ce dossier.

L’équipe va bien (huit victoires à ses dix derniers matchs) et elle peut patienter jusqu’au début des séries avant de ramener Crosby dans son giron.

On peut facilement imaginer le puissant stimulant que le retour de Sidney fournirait alors à l’équipe de Dan Bylsma.

Commentaires