/news/health
Navigation
Effectifs médicaux

Un record au Québec

effectifmedicaux
Archives

Coup d'oeil sur cet article

Difficile à croire si vous êtes un patient orphelin, mais sachez que le Québec n’a jamais eu autant de médecins.

Il y a eu un ajout net de 505 médecins, en 2011, ce qui est un record également. « C’est du jamais-vu depuis que l’on a commencé à compiler ces statistiques, en 1996 », précise le président du Collège des médecins du Québec, le Dr Charles Bernard.

Le Québec compte maintenant 20 969 médecins inscrits au tableau du Collège, selon les données dévoilées, hier. De ce nombre, 90 % sont actifs, ce qui n’a jamais été aussi élevé. De plus, un médecin sur dix est diplômé à l’étranger.

Alors, comment expliquer qu’il soit encore difficile d’avoir un médecin de famille ou un rendez-vous médical dans des délais raisonnables?

Parent pauvre

​ « C’est une question d’organisation du travail, de choix de carrière. On forme pas mal de médecins, au Québec, ce qui manque c’est de les envoyer là où les besoins se font le plus sentir », remarque le Dr Bernard.

« La médecine familiale reste le parent pauvre de la profession. On travaille à repositionner cette discipline, mais il n’y a pas de recette miracle pour motiver les troupes », observe-t-il.

Le nombre de médecins de famille demeure inférieur à celui de leurs collègues spécialistes (9 777 contre 10 807). Dans certaines spécialités pointues, comme la neurochirurgie et la chirurgie cardiaque, on constate à l’inverse que les finissants n’obtiennent pas tous des postes.

Femmes majoritaires

La profession médicale continue par ailleurs à se féminiser.

Plus de six étudiants en médecine sur dix, au Québec, sont des femmes. Elles composent 40 % des effectifs médicaux actuellement; d’ici quelques années, les femmes seront majoritaires.

« En médecine comme ailleurs, les valeurs des jeunes, hommes ou femmes, ne sont pas les mêmes que celles des générations précédentes, qui travaillaient 80 heures par semaine », soulève le Dr Bernard.

Moins de médecins, d’autre part, quittent le Québec. La proportion est de 4,1 %, comparativement à 4,4 %, l’an dernier.

 

Commentaires