/sports/others
Navigation
Le cyclisme éclaboussé

Un autre Québécois suspendu

martel
Collaboration spéciale/Pasquale Stalteri

Coup d'oeil sur cet article

Le cycliste québécois Benjamin Martel, un athlète amateur de 37 ans, s’est vu imposer une suspension de deux ans pour la présence anormale de testostérone dans son organisme.

Cette violation a été constatée à l’issue d’un contrôle de dopage en compétition, réalisé durant les Championnats québécois sur route, le 28 août 2011.

 En défense, Benjamin Martel a plaidé l'utilisation d'une crème provenant d'un camionneur américain pour soigner des blessures à l'entrecuisse. La Dr Christiane Ayotte a réfuté ses affirmations. Le 9 novembre 2011, Martel a signé un aveu mais il continue à dire qu'il ne s'est pas dopé volontairement. Il a exercé son droit à une audience devant un arbitre. Martel a demandé au tribunal de le juger «avec humanité et bon sens.» Il n'a toutefois pas déposé de preuve concrète.

L’arbitre Ross Dumoulin a retenu la recommandation du CCES et lui a imposé une suspension de deux ans. Son entrée en vigueur est rétroactive au 28 août 2011. Elle s’achèvera le 28 août 2013.

L’arbitre Dumoulin a par ailleurs déclaré que l’athlète avait omis d’exercer le degré de diligence nécessaire pour qu’une forme quelconque de réduction de sanction puisse être considérée à son endroit.

«M. Martel est suffisamment âgé et expérimenté pour connaître ses obligations», peut-on lire.

Ainsi, Martel ne pourra participer à toute activité sportive relevant de l’Association cycliste canadienne ou de tout autre organisme national de sport jusqu’à ce qu’il ait purgé la totalité de sa suspension.

L'athlète de Salaberry-de-Valleyfied, devient le troisième cycliste québécois à recevoir une suspension de deux ans après Arnaud Papillon et Miguel Agreda.

 

Commentaires