/news/politics
Navigation
Formation éthique

Une mesure « ridicule », selon les élus

stephane gendron
Photo Régys Caron / Agence QMI Le maire d'Huntingdon, Stéphane Gendron, refuse catégoriquement de suivre cette formation.

Coup d'oeil sur cet article

La formation en éthique, imposée par le gouvernement Charest aux maires des municipalités, est loin de faire l'unanimité.

Certains élus vont même jusqu'à contester ouvertement cette formation. Le maire de la ville de Rivière-Beaudette, Patrick Bousez, qui a déjà suivi la formation, a fait connaitre son point de vue via son compte Facebook.

« Le code d'éthique? Le gouvernement a obligé tous les petits élus comme moi à en suivre une. J'ai perdu huit heures de ma vie à cette formation. Totalement ridicule », pouvait-on lire sur la page de M. Bousez.

La municipalité de Rivière-Beaudette a déboursé 640 $ pour cet apprentissage, délivré par la firme Dunton Rainville.

Patricia Domingos, la mairesse de Sainte-Justine-de-Newton, une municipalité voisine, a d'ailleurs répondu à Patrick Bousez. « Ouais, c'est de la foutaise », pouvait-on lire en guise de commentaire relativement à la déclaration de M. Bousez.

Le maire de Rivière-Beaudette s'est expliqué sur ce qui l'a poussé à tenir de tels propos sur une plateforme publique.

« Je crois que l'éthique est toujours une question de gros bon sens. Personne ne peut être contre la vertu. Donc, les élus de la municipalité sont allés suivre cette formation qui est obligatoire. Est-ce qu'on y a appris grand-chose, écoutez, je crois qu'on y a simplement renouvelé la mémoire des gens », a-t-il dit.

Refus catégorique

Par ailleurs, d'autres élus, comme le maire d'Huntingdon, Stéphane Gendron, refusent catégoriquement de suivre cette formation.

« Je suis dans les deux dernières années de mon mandat et je n'ai pas de temps à perdre avec ça. Bien que l'objectif soit louable, je n'irai pas me faire former par Dunton Rainville. Il y a une limite au ridicule. Il faut encadrer ces formations-là. Ce n'est pas n'importe qui qui peut s'improviser comme formateur et qui détient l'expérience pour enseigner ce qui est éthique et ce qui ne l'est pas. Un bureau d'avocats, dans mon livre à moi, ce n'est pas leur champ de compétence », a expliqué Stéphane Gendron.

Le maire d'Huntingdon n'aurait cependant aucun problème à suivre la formation, si cette dernière était donnée par le ministère des Affaires municipales ou des représentants de la Fédération québécoise des municipalités, par exemple.

« Effectivement, ceux qui traitent les plaintes vis-à-vis les problèmes d'éthique, ce sont les gens du ministère, a-t-il soutenu. Alors, pourquoi ne pas déléguer une équipe spéciale ou engager des gens formés pour donner cette formation-là. »

« Un facteur aggravant », selon le ministère des Affaires municipales

« Le fait de ne pas suivre la formation en éthique et déontologie sera considéré comme un facteur aggravant si un élu ne respecte pas le code d'éthique et déontologie de sa municipalité ou encore les lois en vigueur », a réagi le ministère des Affaires municipales.

Selon les chiffres du ministère, 86 % des élus municipaux se sont inscrits à la formation offerte jusqu'au 2 juin 2012.

 

Commentaires