/news/currentevents
Navigation
24e « balloune »

6 ans pour Yvon Gingras

Yvon Gingras
Illustration Ygreck Yvon Gingras: 24 « ballounes », 6 ans de prison.

Coup d'oeil sur cet article

Le multirécidiviste Yvon Gingras a reçu une peine globale de six ans de pénitencier pour avoir conduit son véhicule avec les facultés affaiblies une 24e fois le 20 juin 2011.

« L’accusé de toute évidence présente un risque pour la sécurité du public et il n’a aucun respect pour la loi et les ordonnances des tribunaux », a dit le juge Alain Morand en rendant sa décision.

Yvon Gingras, 67 ans, de Saint-Ubalde dans Portneuf, a pris le chemin du pénitencier pour six ans. Il s’est toutefois vu retrancher sa détention provisoire de huit mois. Le multirécidiviste de l’alcool au volant passera finalement cinq ans et quatre mois en détention. Le juge lui a aussi interdit à vie de reprendre la conduite automobile.

Son ADN sera prélevé pour des fins d’analyse et son véhicule acheté deux mois avant les incidents, alors qu’il n’avait plus de permis, a été saisi comme bien infractionnel.

Le 20 juin, Yvon Gingras a bu de l’alcool, il a conduit son véhicule alors qu’il était sous une interdiction de le faire pour une période de 12 ans et il a refusé de fournir un échantillon d’haleine aux policiers. Ce sont ses voisins de la rue Chavigny qui l’ont dénoncé après avoir mis sur pied une chaîne téléphonique si jamais l’homme devait récidiver.

Représentations

La Couronne, représentée par Me Christine Gosselin exigeait une peine globale de huit ans. L’avocat de l’accusé, Me Jean-Berchmans Grondin, souhaitait que le juge tienne compte de l’âge du sexagénaire et demandait « de trouver le juste milieu de la peine de pénitencier ».

Nombreux antécédents

Entre 1965 et 2011, Yvon Gingras compte à son actif 24 dossiers d’alcool au volant, sept interdictions de conduite et cinq refus de fournir un échantillon d’haleine.

Sans compter ses 25 condamnations pour vol, quatre pour voies de fait et menaces ainsi que sept omissions de se conformer aux ordonnances des tribunaux.

 

Commentaires