/sports/huntfish
Navigation
La chronique de Patrick Campeau

Pêche blanche : 12 choses à éviter

Certains montages et présentations ne sont pas vraiment productifs

Pêche blanche : 12 choses à éviter
Photo le journal de montréal En se fiant aux conseils prodigués par son paternel, Jonathan Lauzon a réussi à faire de belles captures sous la croûte gelée.

Coup d'oeil sur cet article

Ronald Lauzon est propriétaire du Centre de pêche Ronald Lauzon & fils, à Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, depuis plus de 18 ans.

Il exploite le secteur de l’Anse-au-Sable du lac Saint-Louis. La clientèle y capture des perchaudes, des dorés, des brochets et, à l’occasion, des maskinongés.

Au fil des ans, celui qui se passionne pour cette activité hivernale depuis plus de 45 ans a vu toutes sortes de montages et de présentations qui n’étaient pas vraiment productifs.

Afin d’aider les amateurs à capturer plus de poissons, à avoir plus de plaisir et à respecter une certaine éthique, il a composé une liste qui comporte 12 points à ne pas faire. Les voici donc :

Certains montages et présentations ne sont pas vraiment productifs

Pêcher sans permis

• S’aventurer sur la glace sans s’assurer des conditions et de l’épaisseur de celle-ci.

• Ne pas respecter la nouvelle réglementation de pêche au doré ou ne pas connaître les longueurs permises pour les zones que vous exploitez.

• Dépasser la limite de capture et de possession de poissons.

• Déglacer vos trous avec des produits toxiques.

• Percer dans des orifices déjà faits, car vous risquez d’abîmer vos couteaux de perceuse.

• Avoir des hameçons trop volumineux en fonction de la taille des poissons-appâts utilisés, car ces derniers risquent de s’épuiser très rapidement et de mourir.

• Espérer pouvoir capturer des dorés entre 10 h et 15 h. Non pas que ce soit impossible, mais vous aurez beaucoup plus de chance d’arriver à vos fins à l’aurore et au crépuscule.

• Pêcher avec des poissons-appâts morts. Un méné qui ne bouge pas est beaucoup moins attrayant aux yeux des prédateurs. Vérifier fréquemment pour vous assurer qu’ils sont bien vigoureux. Assurez-vous de les accrocher sur la partie dorsale, près de la tête.

• Utiliser des brimbales mal équilibrées et trop longues. Certains pêcheurs se servent d’engins peu performants. Une petite brimbale légère vous assure une meilleure sensibilité pour détecter les touches et elle exerce moins de pression sur le doré et les autres espèces lors des attaques.

• Utiliser une corde de trop gros diamètre. Ronald se sert surtout d’une corde tressée de petit diamètre, offrant une résistance de 20 à 30 lb. Au bout, il noue un émerillon très petit, avec 60 cm de monofilament et un hameçon de grosseur 1 ou 1/0 de très bonne qualité.

• Se véhiculer en VTT ou en motoneige près du lieu de pêche. Si vous voulez vous promener, faites-le, mais pas à proximité des sites de pêche. En faisant trop de bruit, vous effrayez les poissons se trouvant à proximité.

 

 

Commentaires