/sports/hockey
Navigation

Les Suisses progressent

Streit
photo d’archives Mark Streit a tracé la voie aux jeunes hockeyeurs de la Suisse. Il est une idole ici.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis mon arrivée en Suisse l’été dernier, j’ai pu constater jusqu’à quel point le hockey est un sport fort populaire ici.

Bien entendu, le tennisman Roger Federer et le skieur Didier Cuche sont des héros nationaux, mais je peux vous confirmer que les amateurs de sport en Suisse sont très fiers des sept joueurs qui évoluent présentement dans la Ligue nationale de hockey, soit Mark Streit, Jonas Hiller, Luca Sbisa, Roman Josi, Nino Niederreiter, Yannick Weber et Raphaël Diaz.

On parle donc d’un gardien (Hiller), d’un attaquant (Niederreiter) et de cinq défenseurs.

Mark Streit est le Roger Federer du hockey en Suisse

STREIT : UN MONUMENT

Streit est sans contredit le plus populaire. Il est en quelque sorte le Federer du hockey suisse. Il est une idole, une sorte de monument. Il représente un symbole de persévérance.

Et Streit s’implique beaucoup pour aider la cause du hockey en Suisse, lui qui a tracé la voie pour les jeunes.

Bien entendu, les amateurs suivent de près la progression de Weber et de Diaz à Montréal, tout comme celle des deux autres jeunes défenseurs qui se tirent bien d’affaire avec leur club respectif, soit Sbisa (Anaheim) et Josi (Nashville).

DE VRAIS CONNAISSEURS

Les vrais connaisseurs de hockey sont nombreux en Suisse.

Il y a plusieurs articles dans les journaux tandis dans les magasins d’articles de sport, il se vend beaucoup de chandails arborant les noms de ces joueurs établis dans la LNH, de même que ceux des grandes vedettes du circuit Bettman.

Cette semaine, à Davos, j’ai d’ailleurs aperçu un bon nombre d’amateurs de hockey avec des chandails de Rick Nash et de Joe Thornton.

Ces deux joueurs étoiles avaient joué à Davos durant le lock-out de 2005.

PAS DE JOUEURS DE 3E TRIO...

Parmi les 20 joueurs originaires de la Suisse qui ont joué dans la LNH au fil des ans, on ne dénombre que six attaquants et ils n’ont disputé qu’un grand total de 118 rencontres.

Comment expliquer que la Suisse produit surtout des gardiens (il y a eu Martin Gerber et David Aebischer, avant Hiller) et des défenseurs ?

Il faut comprendre qu’au royaume du chocolat et du fromage, on insiste beaucoup sur le développement des habiletés offensives ainsi que sur la vitesse.

La robustesse n’est pas l’apanage des Suisses, il faut bien l’admettre.

Alors, on ne retrouve pas d’attaquants suisses au sein des troisième et quatrième trios avec des équipes de la LNH.

Par contre, les Suisses peuvent se dénicher un poste comme 4e, 5e ou 6e défenseur au sein d’une formation de la Ligue nationale en raison de ce qu’ils sont en mesure d’apporter sur le plan offensif.

DU RENFORT POUR SIMPSON

Sbisa est notamment tout un défenseur avec les Ducks. Il a vraiment beaucoup de potentiel.

Sean Simpson, l’entraîneur en chef de l’équipe nationale de la Suisse, risque d’avoir beaucoup de ressources à sa disposition cette année au Championnat du monde puisque tous les Suisses actifs dans la LNH, sauf Josi avec Nashville, ne devraient pas participer aux séries éliminatoires.

Ils seront donc libres pour participer au tournoi mondial en mai, qui se tiendra en Finlande et en Suède.

L’ENTRAÎNEMENT HORS GLACE

Je suis en mesure de constater que l’une des forces du système de développement en Suisse est le travail hors glace qui est effectué.

On accorde beaucoup d’attention à l’entraînement, au conditionnement physique. Les coaches se dévouent beaucoup à fournir une bonne base aux jeunes.

C’est spécial ici. La majorité des arénas ont une patinoire extérieure située à proximité, avec une belle surface glacée réfrigérée.

Cela favorise grandement le développement des jeunes.

DE BONS JOUEURS D’AVENIR

Oui, le hockey progresse très bien en Suisse.

Et il ne faut pas oublier qu’une dizaine de bons jeunes joueurs suisses font présentement carrière dans les circuits ­juniors canadiens.

Sven Bartschi est un attaquant qui fait très belle figure avec les Winterhawks de Portland ( il totalise 87 points en 44 matchs ).

Bartschi fut le premier choix des Flames de Calgary au dernier repêchage de la LNH.

Au Québec, un autre attaquant suisse, Sven Andrighetto, a amassé 65 points en 55 matchs avec les Huskies de Rouyn-Noranda.

Ce sont des jeunes attaquants dont on suit la progression de très près en Suisse.

Ils espèrent bien rejoindre un jour leurs sept compatriotes dans la Ligue nationale.

Commentaires