/news/education
Navigation
Propos controversés

Claude Legault fait son mea culpa

Claude Legault fait son mea culpa
Photo d’archives Claude Legault regrette ce qu’il a dit, mais ­demeure convaincu que les étudiants ont raison de se battre contre la hausse des droits de scolarité.

Coup d'oeil sur cet article

Claude Legault a fait son mea culpa hier. Le comédien a admis être allé trop loin en déclarant que les étudiants pouvaient « décâlisser des bagnoles à l’envers » pour faire valoir leurs droits dans le conflit qui les oppose au gouvernement Charest.

En entrevue à l’émission de Paul Arcand sur les ondes du 98,5 FM, Claude Legault a répété ce qu’il avait confié au Journal de Montréal la veille.

« J’ai dit ce que j’ai dit sous le coup d’une ­impulsion, nous a-t-il déclaré mardi soir. C’est mal sorti.

« Je n’ai jamais été un gars violent », a-t-il ­indiqué au Journal.

À l’antenne du 98,5 FM, Claude Legault a ­reconnu son erreur. « Je ne suis pas dans le club des mal cités. C’est bel et bien ce que j’ai dit. Quand je suis fâché, ça m’arrive de dire des ­énormités et celle-là en était une », a-t-il ­reconnu.

« Je suis contre le fait d’aller revirer des bagnoles à l’envers. Je suis contre les casseurs. Je déteste les casseurs, a-t-il poursuivi. Je me suis trompé. Ce n’est pas le message que je voulais lancer. »

Appui réitéré

Mardi matin, Claude Legault a été contacté par les policiers à la suite de ses propos controversés publié dans Le Journal. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) cherchait à savoir si le discours de l’artiste pouvait être qualifié ­d’incitation à a violence. Après vérification, ­aucune accusation ne sera portée contre la star de 19-2 et Minuit le soir.

Hier, Claude Legault a réitéré son appui au ­mouvement des grévistes.

« On est face à un gouvernement que je n’aime pas, que beaucoup de gens n’aiment pas. C’est un gouvernement qui n’écoute personne [...] C’est ­difficile de se faire entendre par un gouvernement comme ça. Les étudiants vont devoir fighter très, très fort pour obtenir ce qu’ils veulent », a-t-il ­déclaré.

« Que celui qui n’a jamais dit une énormité sous le coup de la colère et de l’impulsivité me lance la première pierre. Ce que j’ai dit n’a pas d’allure, mais le fond de ma pensée a de l’allure », a-t-il ajouté.

Sous la loupe

En entrevue au Journal de Montréal mardi soir, Claude Legault s’est dit surpris de voir qu’on ­accordait autant d’importance à ce qu’il pensait.

« Je ne savais pas que j’étais sous la loupe à ce point-là », a-t-il confié.

De retour d’une longue journée de tournage dans le tumulte, le comédien semblait exténué.

« Mais ça va aller. J’ai traversé d’autres tempêtes», a-t-il conclu.

 

Commentaires