/entertainment/tv
Navigation
Propos déplacés envers Mélissa

Un animateur radio sanctionné

Un animateur  radio sanctionné
photo d’archives Mélissa Bédard a été la cible de commentaires désobligeants d’un animateur radio du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Coup d'oeil sur cet article

Un animateur radio du Saguenay-Lac-Saint-Jean a été réprimandé pour ses propos désobligeants à l’endroit de Mélissa Bédard de Star Académie.

Des « mesures disciplinaires importantes » ont été prises contre Richard Courchesne, un morning man du NRJ 94,5

Saguenay-Lac-Saint-Jean, après que celui-ci eut comparé la candidate à Chewbacca, un personnage de Star Wars (La Guerre des étoiles). C’est ce que nous a confirmé Chloé Boissonnault, porte-parole d’Astral Radio, qui détient les stations NRJ au Québec.

« Astral ne cautionne pas les propos de l’animateur, qu’on a jugés déplacés et inacceptables. C’est un événement déplorable », a déclaré Mme Boissonneault.

Le 6 mars dernier, Richard Courchesne a rebaptisé la jeune femme de 21 ans à plusieurs reprises durant l’émission du matin.

Parmi les surnoms qui ont été entendus sur les ondes, citons « Elle s’appelait Serge », « Big mama » et « Fiona, la blonde de Shrek ». Certains d’entre eux provenaient d’auditeurs de la station, que l’animateur et son acolyte, Simon Roy-Martel, ne se sont pas gênés de reprendre au micro. « Visiblement vous vous sentez interpellés par les surnoms qu’on a donnés à Mélissa de Star Académie, a dit Courchesne. Ah ce matin j’ai parlé de « Elle s’appelait Serge » et après ça on a eu « Big Mama » ; là on en a un quatrième, le monde appelle rien que pour ça depuis 6 h à matin. »

Le discours de Courchesne a eu l’effet d’une bombe sur les réseaux sociaux, à commencer par la page Facebook de NRJ 94,5.

L’animateur a présenté ses excuses le lendemain durant son émission. Astral s’est aussi excusé auprès des Productions J, la maison de production de Star Académie.

« On a agi aussitôt qu’on a eu vent des propos, a affirmé Chloé Boissonneault. C’est une erreur de jugement de la part de l’animateur. »

Du côté des Productions J, on se réserve de commentaires sur toute l’affaire.

« Un bon avertissement »

Chez Astral, qui possède 84 stations de radio au Canada, on espère que les sanctions prises contre M. Courchesne servent de « bon avertissement » aux autres animateurs.

« La radio est un médium sans filet. Il faut être vigilant », a précisé Mme Boisonneault.


marc-andre.lemieux@journalmtl.com

Commentaires