/news/politics
Navigation
Politique | RLQ

Rencontre des « orphelins » dimanche

Coup d'oeil sur cet article

Se définissant comme « des orphelins politiques » depuis la fusion de l’ADQ avec la CAQ, quelque 400 à 450 sympathisants du Réseau Liberté-Québec (RLQ) se rencontrent, dimanche, à Lévis, pour étudier les meilleures façons de « rebâtir la droite québécoise ».

« Présentement, il n’y a aucun parti à droite ou au centre droit, regrette la porte-parole du RLQ, Joanne Marcotte. Même François Legault croit que la pieuvre étatique fonctionnerait bien si elle était mieux gérée. Il n’y a pas de relais politique pour nous. C’est vraiment dommage.»

Malgré ce constat, il demeure clair dans l’esprit de Mme Marcotte que le RLQ n’a pas pour vocation de devenir un jour un parti politique. « On sent que les gens ont besoin d’un relais politique. Je ne dirais pas qu’ils sont déprimés, mais on est dans un creux, regrette-t-elle. Pour la prochaine élection, il n’y a pratiquement rien à faire. Il n’y a rien qui va se pointer pour nous. On souhaite qu’à un moment donné il y ait quelque chose. »

D’après elle, le Parti conservateur du Québec, dirigé par l’ancien député Luc Harvey, ne peut en aucun cas incarner ce changement. « Ils sont très sectaires. Ils ont attitude très fermée et excluent beaucoup les gens. Ils sont d’une droite puriste et radicale. Et c’est une pureté dangereuse », signale Mme Marcotte.

Un des ateliers de dimanche sera consacré au dernier livre de Jean-François Lisée: Comment mettre la droite K.-O. en 15 arguments. Convié à la rencontre, l’auteur a cependant décliné l’invitation. « Il a répondu qu’il était trop vieux pour vivre ce stress-là. Je ne sais pas si c’est stressant pour lui de sortir de l’île de Montréal », s’est moquée Mme Marcotte.

Contacté par le Journal, M. Lisée a glissé qu’il ne tenait pas particulièrement à se trouver dans la position du « taureau dans une corrida ».

Pour prouver qu’il ne refuse pas le débat avec la droite, il a ajouté qu’il croisera le fer avec Éric Duhaime, du RLQ, à l’occasion du Salon du livre de Québec, le 13 avril.

 

Commentaires