/lifestyle/books
Navigation
L’Homme aux Ballons

Linda Wilscam fait renaître Picotine

Linda Wilscam
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’univers magique de Picotine, un personnage culte de la télévision québécoise, revit sous la plume délicieuse de sa co-auteure, Linda Wilscam, dans le roman Picotine et l’Homme aux Ballons.

Diffusée sur les ondes de Radio-Canada dans les années 70, la série Picotine a séduit son auditoire. Picotine s’adresse maintenant à une toute nouvelle génération par le biais d’une série de romans qui font revivre les personnages bien-aimés de la série : Picotine, son ami Fantoche, Naimport Tequoi et l’inoubliable Poildepluch.

Dans le premier tome, L’Homme aux Ballons, un mystérieux vendeur de ballons incapable de parler, surgit dans le Comté des Mille Cœurs. Tous tentent de percer le secret de ce personnage au regard triste. Et ils y arrivent.

Cohérence

Cette histoire originale, inspirée d’un des épisodes de Picotine, rappelle toute la couleur de cette série télé. Le roman est tout à fait cohérent avec l’univers d’origine et les personnages s’expriment de la même manière si tendre et particulière, teintée d’expressions inoubliables comme «même même» et de «citronnette de citronnette».

Depuis la sortie en DVD des émissions, Linda Wilscam n’arrête pas d’entendre parler de Picotine. « J’ai l’impression d’en entendre parler plus, 30 ans plus tard, que quand je le faisais. Mais quand je le faisais, je l’écrivais et je le jouais. Ce qui me fait le plus plaisir, c’est que Picotine et son univers soient restés dans la mémoire des gens. C’est probablement parce que c’est un vrai univers. Pour moi, Picotine, c’est un personnage à la Alice au pays des merveilles. Ça ressemble à l’univers de la littérature jeunesse de l’époque victorienne. C’est un univers qui est vrai, mais qui décolle en même temps dans le rêve et la rêverie. Il est temporel et peut-être universel. Ça a été beaucoup de travail de redonner cet univers, 35 ans plus tard. »

L’histoire touchante de l’homme aux ballons lui a été inspirée par un souvenir d’enfance, celui d’un véritable vendeur de ballons, au physique imposant, qui participait aux grandes parades des années 50 à Montréal. Dans l’émission de télé, Jean-Louis Millette avait joué ce personnage. L’illustration de l’homme aux ballons créé par Gabrielle Grimard lui a beaucoup plu, étant « à la fois un peu clownesque et un peu shakespearien ».

Hommage à Antoine

Dans le roman, elle lui a donné en plus quelques traits empruntés à un ami de sa mère, alité dans un CHSLD pendant les deux dernières années de sa vie. Antoine était devenu aphasique après avoir été victime d’un accident de bicyclette mais arrivait à communiquer avec elle, autrement, dans le silence.

« Les seuls mots qu’il était capable de dire, c’était trois mots. Il faisait une seule phrase et je l’ai ajoutée dans l’Homme aux Ballons. Il ne faisait que des sons et des fois, à la fin, ça sortait : « C’est merveilleux!» Et c’était la seule phrase que je l’ai entendu dire pendant deux ans et demi et j’ai tout de suite pensé à lui quand j’ai écrit L’Homme aux Ballons. Je l’ai ajoutée dans le conte, en hommage à Antoine. »

Picotine et l’Homme aux Ballons sera en librairie dès le 21 mars. Linda Wilscam rencontrera les fans de Picotine pendant le Salon international du livre de Québec. Elle sera présente le vendredi 13 et le samedi 14 avril.

 

Commentaires