/news/currentevents
Navigation
Procès reportés

Me Bérubé évite l’outrage au Tribunal

Me Jessie Bérubé
Photo Jean-Claude Tremblay « Je m’excuse », a dit Me Jessie Bérubé (photo) à l’endroit de la juge Chantal Pelletier.

Coup d'oeil sur cet article

Me Jessie Bérubé a présenté des explications suffisamment sérieuses, lundi après-midi, lui évitant ainsi d’être traduite devant la Cour pour outrage au Tribunal.

L’avocate a offert à la Cour un billet médical, un document — mis sous scellé — expliquant, selon la juge Chantale Pelletier, ses problèmes de santé, ainsi que les photos d’un dégât d’eau qui serait survenu au domicile de l’avocate, le lundi 12 mars.

C’est en raison de ce premier impair que l’avocate n’aurait pas pu se présenter devant la juge coordonnatrice pour reporter les deux procès pour agression sexuelle qui se trouvaient à l’horaire le lendemain, soit le 13 mars.

« Je comprends qu’il y a un ensemble de circonstances très rapprochées qui a fait en sorte que vous n’avez pas respecté vos obligations envers la Cour. En tant que juge coordonnatrice, j’entends trop souvent que vous êtes absente, que vous n’êtes pas là, que vous arrivez en retard », a sermonné la juge Chantale Pelletier à l’avocate qui venait d’offrir ses explications.

Nouvelle absence

« Une semaine après que les événements qui nous occupent se soient passés, vous étiez à Montmagny alors qu’il y avait un procès ici avec des témoins qui étaient assignés et, finalement, il a fallu reporter le procès », a souligné la présidente du Tribunal.

« Vous êtes jeune, vous commencez dans la pratique. Il faut absolument que vous soyez consciente du fait qu’il faut avoir du respect pour les témoins assignés à la Cour, pour les clients qui font face à des infractions sérieuses. Lors de procédure pour agression sexuelle, souvent, les plaignants, les témoins ne dorment pas la veille. Ils ne dorment pas pendant des jours; alors, il faut être soucieux envers ces gens-là », a dit la juge à l’avocate qui se tenait devant elle.

« Il ne faut pas non plus oublier que c’est la société qui fournit tout cela : un juge, un huissier, un constable, une greffière, une salle... Alors, il faut être soucieux de collaborer avec la justice et j’espère que vous êtes consciente que c’est une responsabilité que les avocats ont de faire en sorte que la justice aille bien », a ajouté la juge Pelletier.

Excuses acceptées

Mentionnant qu’elle désirait jouer son rôle de juge et non faire de la discipline auprès des avocats, la présidente du Tribunal a tout de même accepté les excuses de l’avocate ainsi que ses pièces justificatives, et elle a dit espérer qu’une telle situation ne se reproduira plus.

« Je m’excuse encore une fois et merci beaucoup, madame la juge », a dit Me Bérubé, avant que la séance ne soit levée.

Commentaires