/entertainment/movies
Navigation
Avec son film de 2 000 $

De Cap-Rouge à Cannes

Coup d'oeil sur cet article

Avec un court-métrage réalisé pour la modique somme de 2 000 $, une jeune femme de Québec vivra le rêve de tout cinéaste : concourir pour une Palme d’or au Festival de Cannes.

 

Chef de meute, un film de treize minutes réalisé par Chloé Robichaud et mettant en vedette Ève Duranceau, compte parmi les dix courts-métrages en compétition officielle dans cette section dont le jury est présidé par le réputé cinéaste belge Jean-Pierre Dardenne. Plus de 4 500 films ont été soumis aux sélectionneurs.

Robichaud, 24 ans, a cru à une blague quand une responsable du Festival de Cannes l’a appelée pour lui apprendre la bonne nouvelle, lundi après-midi, la veille de l’annonce officielle.

« Les jambes m’ont cassé en deux. Je suis un peu sous le choc. Je n’ai pas vraiment dormi de la nuit », a-t-elle confié.

Tourné en deux jours

Pour avoir le droit de monter les marches du Palais des festivals avec les plus grandes stars du cinéma, Chloé Robichaud a accompli un vrai petit miracle. Elle a tourné son film en deux jours, les 17 et 18 février.

« Je voulais vraiment le soumettre à la compétition. Je n’avais pas en tête qu’ils allaient le prendre mais je voulais au moins qu’ils voient mon travail. Donc, on s’est dépêchés de faire le montage. J’ai passé quelques nuits blanches. Cannes a reçu la copie DVD à la dernière minute juste avant la fin des soumissions, il y a un mois. »

Encore plus incroyable est le montant déboursé par les jeunes maisons de productions La Boîte à Fanny et Les films de la meute pour le tournage : à peine 2 000 $.

« Tout le monde a travaillé bénévolement. J’ai eu une équipe très généreuse. On a fait le film sur le pouce avec nos cartes de crédit. C’est assez exceptionnel. Mais on va investir un peu d’argent supplémentaire pour que la projection à Cannes soit à notre goût. »

Envie de voyager

Chloé Robichaud souhaite que cette sélection à Cannes lui permette de voyager dans d’autres festivals à travers le monde et de boucler le financement de son premier long-métrage, Sarah préfère la course, dont le tournage se fera du 15 août au 15 septembre prochain.

« Ça ne peut pas nuire. C’est une preuve que le milieu s’intéresse à ce que je fais », analyse-t-elle.

Ce ne sera pas la première présence sur la Croisette de Chloé Robichaud, qui sera accompagnée de la coproductrice Fanny-Laure Malo et possiblement d’Ève Duranceau. En 2010, son court-métrage Moi non plus s’était taillé une place dans la sélection Coup de cœur du Short Film Corner. En 2011, Nature morte avait fait la sélection de la SODEC.

Ce sera aussi la deuxième année consécutive qu’un court-métrage québécois est en lice pour la Palme d’or. L’an dernier, Ce n’est rien, de Nicolas Roy, avait fait partie des finalistes.

 

 

Commentaires