/entertainment/stage
Navigation
Théâtre premier acte

Poésie des bas fonds

le bras canadien
PHOTO COURTOISIE Après le drame psychologique Et autres effets secondaires..., Le bras canadien et autres vanités, de Jean-Philippe Lehoux, entraînera le public dans une comédie burlesque.

Coup d'oeil sur cet article

De l’auteur américain Neil LaBute à Wajdi Mouawad, en passant par plusieurs jeunes créateurs qui sont loin d’avoir dit leur dernier mot, au contraire, la 19e saison du Théâtre Premier Acte apparaît audacieuse et riche de promesses.

D’ailleurs, c’est dans les rues du quartier Saint-Roch que s’ouvrira la prochaine saison du petit théâtre de la côte De Salaberry, avec Bash, une des premières pièces de Neil LaBute écrite il y a 12 ans. Les spectateurs iront à la rencontre d’individus au passé trouble qui livreront leur confession.

Jusqu’à la lie, la toute première pièce d’Amélie Bergeron, entraînera pour sa part le public dans un huis clos intimiste. Après Iphigénie en auto, présenté récemment, La Vierge folle revient avec Viande, un nouveau texte de Maxim Robin portant sur une rencontre fortuite, une nuit d’amour et... un piège.

De son côté, Maryse Lapierre propose L’hiver dedans, qui lui a permis, en 2010, de récolter le prix Première œuvre de Première Ovation. Histoire d’amour inattendue entre voisins, la pièce amènera Marie-Ginette Guay à partager la scène entre autres avec Jonathan Gagnon.

Après Le cardigan, de Gloria Esteban, la jeune auteure et comédienne Joëlle Bond, qui signera la mise en scène avec Jean-Sébastien Ouellette, propose Charme, une incursion chaleureuse dans l’univers des mamans-Tupperware qui prolongera le temps des fêtes jusqu’en janvier avec paillettes et gros fun.

Biographie imaginaire inspirée de la correspondance et du théâtre de Tchékov, Le voyage de Tchékov à Sakhaline suivra dans une mise en scène mariant la technologie à la poésie des marionnettes traditionnelles.

Du drôle au trash

Par la suite, merZsonaTe, un collage loufoque inspiré de courts textes du poète et artiste allemand Kurt Schwitters fera souffler un vent de folie dans l’intimité du Théâtre Premier Acte. Tant qu’à rigoler, aussi bien continuer avec Le bras canadien et autres vanités, une comédie épique et poétique de Jean-Philippe Lehoux qui entraînera le public sur la planète d’un Petit Prince désabusé.

Pour terminer la saison, une pièce de taille avec Trainspotting inspiré du premier roman d’Irvine Welsh, que plusieurs ont vu au cinéma en 1996 dans un film de Danny Boyle. Traduit et adapté par nul autre que Wajdi Mouawad et mis en scène par Marie-Hélène Gendreau, Trainspotting plongera les spectateurs dans l’univers glauque et... hallucinant de quatre jeunes sous l’emprise de la drogue. Infos sur www.premieracte.ca

Commentaires