/news/currentevents
Navigation
Industrie du sexe

Un choix de vie risqué

Coup d'oeil sur cet article

Le plus vieux métier du monde mis à nu, dépouillé de ses préjugés, exposé dans toutes ses contradictions. Dans la foulée d’un projet de documentaire du réalisateur Jean-Claude Lord, la sexologue Julie Pelletier a rencontré clients et prostituées, acteurs de cette industrie de la rue, de la souffrance. Échanges crus entre adultes consentants.

L’histoire de Louis, le non-voyant, de Jean, le père de famille aux fantasmes débordants, d’Hélène, une escorte de haut niveau. Chacune révèle un pan de ce milieu obscur et illicite.

« Je voulais jeter une autre lumière sur la prostitution, explique la sexologue du Journal, qui signe ces témoignages. Les gens vivent avec des souffrances, chacun a sa façon de les gérer. Pour certains, c’est vraiment de la gestion de pulsions. »

Les récits d’horreur existent, concède Mme Pelletier, mais ne se généralisent pas à toutes les prostituées, trop souvent perçues « comme des pauvres filles, démunies et pas intelligentes ».

« On s’aperçoit que c’est vraiment différent lorsqu’on porte un regard plus humain sur la situation », fait-elle valoir.

Questionnements

La série d’entrevues de Mme Pelletier a germé de pair avec le documentaire de Jean-Claude Lord, qui a décidé de transposer sur la pellicule ses « deux grands questionnements ».

« Pourquoi la nudité est-elle offensante, alors que la violence est omniprésente, et pourquoi l’argent criminalise-t-il l’acte sexuel ? », demande-t-il. Mais surtout, à qui profite cette stigmatisation de la sexualité ?

Il a donc braqué sa caméra sur des « choses qu’on ne montre pas, des gens à qui on ne donne pas la parole ». Il s’en dégage une réalité bien différente de celle véhiculée par les médias, estime le réalisateur dont le projet ne verra pas le jour avant au moins un an.

Les réponses obtenues sur film par M. Lord et sur le sofa par Mme Pelletier se recoupent, se complètent.

Le choix à l’origine de cette vie, par exemple, puis les regrets qui l’alourdissent. La décriminalisation souhaitée qui heurte l’attrait de l’illégalité. Au final, deux regards honnêtes sur ce qui « mène le monde, heureusement ou malheureusement », conclut la sexologue.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.