/entertainment
Navigation

Les Machines sont lancées

Coup d'oeil sur cet article

Québec! Rien à craindre cependant, puisqu'il ne s'agit pas d'un quelconque assaut, mais plutôt de la Manif d'art 6 qui se met en branle aujourd'hui à l'Espace 400e Bell et, par la suite, dans une trentaine de lieux de Québec et Lévis jusqu'au 3 juin.

 

Biennale organisée par la Manifestation Internationale d'Art de Québec pour promouvoir l'art de recherche et l'expérimentation en mettant en vedette les grands courants en arts visuels d'ici et d'ailleurs, la Manif d’art ne fait pas exception cette année en accueillant près de 80 artistes en provenance du Québec, du Canada, des États-Unis et de différents pays européens.

Formes du mouvement

La Manif d'art 6 s'articule sur le thème Machines — Les formes du mouvement à l'instigation de la commissaire invitée, Nicole Gingras, auteure et chercheure de Québec oeuvrant au Canada et à l'étranger.

Souhaitant susciter la réflexion sur les pratiques actuelles qui questionnent le mouvement, elle a invité des artistes fascinés par les machines de toutes sortes.

Tant par les actions générées par les machines que les réactions qu'elles provoquent, aussi bien que des mécanismes, dispositifs et inventions sorties tout droit de l'imaginaire des artistes. Force est de constater, en faisant le tour à l'Espace 400e Bell des 18 installations ou machines créées par 16 des artistes invités, que l'imagination autant que les questionnements ne manquent pas.

Ouverture d’esprit

Si certains peuvent sembler étranges au prime abord, il suffit de faire preuve d'un peu d'ouverture d'esprit et de curiosité, mais surtout, il faut prendre le temps pour apprécier chacune.

Il faut voir, entre autres, Corpus S1-11 de Yann Farley qui a dû se familiariser avec des notions d’ingénierie et d’électronique pour parvenir à ses fins. Contrairement à la plupart des oeuvres, sa création ne demande qu'à entrer en contact avec les visiteurs et à être touchée.

Spécialiste du cinéma d'animation, Diane Obomsawin propose, quant à elle, sa première installation vidéo sur trois écrans en simultané.

Avec The Page Turner, l'invention de Joseph Hersher, qui n’est pas sans rappeler nos bons vieux patenteux, suscite admiration et amusement en visionnant le film qui montre son fonctionnement.

Qu’ils s’inspirent de machines existantes, de l’oeuvre de Jules Verne ou celles de pionniers remontant aussi loin qu’au 19e siècle, les artistes ne manquent pas d’imagination. À noter que pour profiter de toutes les expositions et activités, il faut se procurer le laissez-passer disponible dans tous les lieux d'exposition au coût de 12 $.

Toutes les informations sur www.manifdart.org.

 

Commentaires