/opinion
Navigation

À vendre

Coup d'oeil sur cet article

En réponse à la grogne populaire, le ministre John Baird annonçait cette semaine que le gouvernement Harper renonçait à se départir de plusieurs tableaux de peintres canadiens. Le gouvernement avait prévu vendre des œuvres aux enchères pour l'aider à renflouer les coffres de l’État. Loin de moi l'idée de jouer au gérant d’estrade, mais il me semble qu’il y a « ben des affaires qu’ils pourraient vendre avant ça ! »

Parmi les toiles que le gouvernement envisageait de vendre, on retrouvait des œuvres de Borduas, Riopelle et Lemieux. La vente de ces tableaux aurait assurément rapporté plusieurs millions, mais on aurait pu avoir le même montant, sinon plus, en vendant un seul Picasso. Je suis encore moins expert en art que gérant d’estrade, mais je peux vous assurer qu’une scène d’hiver de Lemieux est plus représentative de notre réalité canadienne qu’une bonne femme à trois yeux pis quatre bras de Picasso !

Mais même si le gouvernement vendait tous ses Picasso, ça serait insuffisant dans la situation économique difficile actuelle. Aux grands maux, les grands moyens, on ne peut se contenter de soupers spaghettis pour renflouer les coffres de l’État. Comme disait Elvis Gratton : « Think big ! ». Je suggère donc qu’on vende l’Alberta. Il y existe déjà un mouvement séparatiste grandissant, et en se départissant de l’Alberta, le Canada atteindrait demain matin ses cibles de Kyoto. De plus, les Américains ont tellement besoin de pétrole qu’ils seraient prêts à payer le gros prix pour l’obtenir. Ne soyez pas inquiets, cette cession ne représenterait pas un trop gros traumatisme pour les Albertains. La seule différence entre l’Alberta et l'Alabama, c’est que pour l’un d’eux c'est le curling et pour l'autre le bowling.

Harper pourrait faire d’une pierre deux coups avec ma prochaine suggestion. Nous savons tous comment Stephen voit la reine Elizabeth partout, même dans ses Corn Flakes. Et bien là, Harper pourrait continuer à faire l'apologie de la reine tout en faisant de l'argent. Au lieu de distribuer des portraits de Sa Majesté gratuitement, Stephen devrait les vendre 50 $. C'est bien connu, on prend plus soin des choses qu'on a payées. Un portrait de la reine gratuit, c'est presque certain qu'il sera installé au fond d'un bac de recyclage. Par contre, celui qui débourse 50 $ pour le même portrait, il l’encadrera et l’installera à une place d'honneur au-dessus du foyer. Évidemment, il ne se vendrait pas beaucoup de portraits de la reine dans la Belle province, mais dans le reste du pays, ça se vendrait comme des petits pains chauds. Ainsi, non seulement le gouvernement ferait beaucoup d’argent avec la vente des portraits, mais il n’aurait pas à dépenser le six millions de dollars qu’on prévoit dépenser pour la prochaine visite de Sa Majesté, puisqu’elle serait déjà partout !

DOG TV

Après les restaurants, spas, et psychologues pour chiens, voilà que les Californiens nous sortent la télé pour chiens. Oui, oui, vous avez bien lu, Dog TV est une chaîne de télévision avec une programmation destinée exclusivement pour nos amis canins. Avec un demi-million d’abonnés payant 5 $ par mois pour des émissions conçues et tournées avec un angle de caméra pour chien, je suis gentil de simplement de qualifier les Californiens de farfelus ! Inutile de se casser la tête et encore moins sa tirelire pour divertir vos amis canins. Installez-les devant des reprises de Ricardo ou de Josée di Stasio manipulant des saucisses. Ou mieux, soyez aventureux et allez jouer dehors avec votre chien !

C’est du gaspillage de s’abonner à une telle chaîne. C’est comme les gens qui achètent un tapis conçu pour le fond de leur cage d’oiseaux. Alors qu'ils pourraient simplement y mettre ma chronique !

 

Commentaires