/entertainment/shows
Navigation
Diane Landry - « Correspondances »

Objets réanimés

Diane Landry
PHOTO COURTOISIE, NICOLAS-FRANK VACHON Diane Landry revoit d’un œil amusé La table de neige, une sculpture campée sur des patins à glace et surmontée d’étranges skis mobiles.

Coup d'oeil sur cet article

Invitée à faire une visite dans la Réserve du Musée de la civilisation dans le but de trouver un objet inspirant, l’artiste de Québec Diane Landry soutient qu’elle aurait pu faire une exposition complète uniquement à partir des objets de la collection scientifique.

« Déjà, d’avoir la chance de visiter la Réserve (un lieu où le public n’est normalement pas admis), c’est un cadeau. D’avoir à choisir un objet pour m’en inspirer dans une création, c’est un autre cadeau exceptionnel », confie l’artiste au cours de la visite de presse de Correspondances, une exposition entièrement consacrée à ses installations qui fait voir des espaces du Musée de l’Amérique française sous un jour nouveau dans le contexte de la Manif d’art 6.

Et c’est le but, explique grosso modo Michel Côté, DG du Musée de la civilisation dont fait partie le Musée de l’Amérique française.

Fascinée par le mouvement, sous-thème de la Biennale, Diane Landry aime tout particulièrement donner une nouvelle vie à des objets existants. Ce qu’elle a fait en s’inspirant du baromètre sélectionné dans la Réserve du MCQ pour sa toute dernière création intitulée Épuisement, une œuvre lumineuse, voire étincelante, qu’il est préférable de ne pas décrire pour préserver la surprise, mais disons qu’elle vaut amplement le déplacement.

Accueillis par une étonnante motoneige à hélice conçue autour des années 1930 et sortie de la Réserve, les visiteurs pourront également découvrir d’autres installations de Diane Landry: L’étreinte atroce, sa première œuvre animée, ingénieuse et attachante; La table de neige, éloquente sur son appartenance à l’hiver, de même que L’imperméable, une vidéo-performance dans laquelle elle se transforme en une sorte de sablier vivant.

Si l’œuvre de Diane Landry a depuis longtemps franchi les frontières du Québec et du Canada, l’occasion est belle de découvrir une installation conçue tout spécialement pour le Musée de l’Amérique française et voir ou revoir, d’ici le 12 août, des installations qui n’ont jamais pu être montrées longtemps.

Commentaires